Revenir à Comm’ des p’tis coquelicots…

ROCARD MICHEL

Au Parlement Européen, où il faut reconnaître qu’il aura été le seul leader politique d’importance à y travailler après s’y être fait élire, j’avais fini par oublier le militant du PSU agité et démagogue et le socialiste “moderne” dont la modernité efface le socialisme qu’il avait été en d’autres temps J’avais même oublié son absence en 1976 à mon premier meeting électoral qu’il devait animer (c’est Gilles Martinez qui le remplacera au pied levé). Au demeurant, je ne lui pardonnerai jamais sa lâcheté à mon égard en 1997 quand il n’a pas eu le courage de m’informer qu’une manœuvre d’appareil était menée contre moi au sein de la délégation socialiste française alors qu’il la présidait.

 

Moi qui avais refusé de suivre François Mitterrand dans sa volonté de l’éliminer au congrès de Metz, je lui ai envoyé en 1997 cette phrase assassine : « Je n’avais, jusqu’à ce jour, jamais compris les raisons du mépris du Président à ton égard… maintenant… je sais ! ».

 

En 2004 tandis que, le “code politique” m’effaçait du paysage européen, il réussissait à se faire élire au titre de la grande Région marseillaise, ce qui ne l’empêchera pas de publier un livre où il règlera ses comptes avec beaucoup de socialistes dont celui qui en fit pourtant un Premier Ministre.

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?page_id=5877