Revenir à Comm’ des p’tis coquelicots…

GUERRE D’ALGÉRIE

Alors que mon grand-père était trop jeune pour être mobilisé en 1914, que mon père, né en juillet 1921, n’était pas appelé en 1939, et que né en 1945, je n’ai pas fait la guerre d’Algérie, à 5 ans près, un de mes cousins y a fait 30 mois, après que son père ait été fait prisonnier en Allemagne durant 5 ans et que son grand père ait été tué durant “la grande guerre”.

 

Ainsi va la vie comme le disait ma grand-mère mais pour ce qui est de mon cousin : il ne s’en est jamais remiscomme la plupart de ses camarades.

 

Rappelons-le sans cesse : la guerre d’Algérie, cette guerre longtemps sans nom, a causé la mort de centaines de milliers d’Algériens, celle de dizaines de milliers de Français et chassé de leurs foyers deux millions de rapatriés, sans oublier le massacre des Harkis.

 

Son histoire commence à s’écrire avec ses horreurs, sa violence et ses excès.

 

Mais écrira-t-on jamais, un jour, la vie brisée de millions de jeunes français envoyés, sans préparation, défendre une cause inexpliquée avant de leur dire tout le mal d’une mission qu’on leur avait imposé de remplir ?

 

Au delà des morts et des blessés, dira-t-on un jour les morts prématurées, les maladies, les suicides, les silences oppressants… ?

 

En Algérie hier, mais aussi au Vietnam et aujourd’hui en Irak, des gouvernements irresponsables continuent, sous une autre forme, à utiliser leurs jeunes citoyens comme au bon vieux temps de “la chair à canons”…

 

Quant à l’Algérie, plus de 40 ans après les accords d’Evian, elle peine à être “un pays comme les autres”… et la violence reste son lot quotidien…

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?page_id=5765