Carnet n°713 du 30 mai 2022

« Tout ça pour ça »

Comme cela m’arrive lors de la plupart de mes dimanches au matin lorsque je commence à préparer mon carnet du lundi, j’ai hésité, ce 29 mai, entre plusieurs titres qui avaientrotté dans ma tête durant la nuit précédente, parmi lesquels, pour ce 713ème,  » Marécage et brouillard  » (sans doute le plus désespéré) ,  » Une machine à désespérer les hommes  » (d’Albert Camus à propos de la société politique ),  » Suffisance et dérision  » (ce que je ressens souvent en regardant les leaders politiques à la télé),  » Le scalpel du chirurgien  » (de François Mitterrand…).

Finalement, et sans doute le plus simplement, j’ai opté pour ces mots qu’il arrive souvent à chacun(e) de prononcer à l’issu d’un long parcours sur un dossier, après un Conseil Municipal ou de la MEL, voire de  » la vie tout court  » après être « passé derrière l’écran », ce que je me suis dit ce dimanche en apprenant la mort de mon vieil ami et camarade Ivan Renar :  » Tout ça pour ça « .

Oui « Tout ça pour ça »  quand, après qu’il ait fallu près d’un mois au Président réélu Emmanuel Macron pour former un gouvernement, on ne peut que constater qu’il cumule le sentiment d’un  » déjà vu « , une impression de  » caisse à outils  » dans lequel il manque des outils pourtant indispensables tandis que d’autres  » interrogent  » sur leur utilité et même sur la   » légitimité  » de leur présence .

 Rien  sur le logement qui est pourtant la préoccupation majeure pour des millions de citoyen(ne)s,

 rien sur  » la Ville et les quartiers  » (…) 

 rien sur les transports  ( !) 

et ce, malgré 23 ministres et 4 secrétaires d’État.

 » Pas rien, mais « … pour ce qui est de l’Éducation Nationale, les Solidarités, l’Autonomie et les Personnes handicapées…

sans compter quelques  » sorties  » ou changements de places qui auraient pu être évitées , des sorties et changements de places « accompagnées » de quelques entrées dont  » on cherche encore les raisons « … 

En près de 50 ans de  vie politique , je n’ai jamais connu une telle annonce ayant suscité autant de questions, de doutes et de polémiques !

Si en 2017  » le Nouveau Monde alors annoncé  » avait vite trouvé ses  » limites  » (et le terme est très mesuré), en 2022 il n’a même pas  » pointé son nez  » sur le perron de l’Élysée malgré les retards qui se sont succédés jusqu’au moment même de  » sa lecture  »  par le Secrétaire Général du Palais…

« Tout ça pour ça »… et depuis, un Président muet qui sans doute médite sur ce qui l’attend, une Première Ministre à la conquête d’un siège de députée ( ?!?), un Ministre de l’Intérieur qui n’est sans doute pas près d’oublier les désordres et les violences qui ont marqué samedi la finale de  la ligue des champions de football qu’il n’a su ni prévoir ni empêcher… (qu’en sera-t-il de la Coupe du Monde de Rugby en 2023 et des JO de 2024 ?) ,des Ministres « sommés » aujourd’hui de s’expliquer sur ce qu’ils ont dit, écrit, fait ou pas fait… avant d’être nommés par le Président pour faire partie de son gouvernement, la disparition « actée » du concept même et de la valeur (pour moi vitale) de laïcité faute de  » porteur crédible  » dans le gouvernement face à ses « adversaires » .

J’arrête là une litanie dont j’aurais sincèrement aimé pouvoir me passer… pour dire quand même les côtés dérisoires des déclarations de beaucoup des candidat(e)s macronistes aux élections législatives des 12 et 19 juin, « vieux ou nouveaux godillots », qui « répètent à l’excès », je cite : 

 » Vous avez élu très largement M. Macron et donc approuvé son programme, votez maintenant pour nous afin de le mettre en œuvre  »  (fermez le ban !).

Non seulement c’est dérisoire mais, pour la deuxième fois, c’est tout à fait faux car si celles et ceux (dont je ne fais pas partie ayant voté blanc ) « qui ont voté Macron » au deuxième tour « pour éviter Le Pen » (et donc sans approuver son programme)  ne l’avaient pas fait Mr Macron  n’aurait pas été réélu  !

Qu’elles et ils cessent donc de vouloir s’approprier ce type de légitimité … qu’ils ou elles viennent de chez les LR, du PS ou d’ailleurs… !

A côté de ces 577 candidat(e)s (et même plus puisqu’on nous dit qu’il est des circonscriptions où plusieurs candidat(e)s se réclament de M. Macron), on trouvera ceux et celles qui accompagnent, se réclament et veulent se faire élire  » au nom de Mme Le Pen »  qui espèrent avoir ainsi un groupe parlementaire pour le RN, de M. Zemmour, qui voudrait « vivre ses rêves « , des partis NUPES (ou DUPES) qu’agglutine M. Mélenchon, en espérant  » accommoder les restes  » que leur  alliance électorale  (sans accord sur les principaux enjeux du monde et de la France d’aujourd’hui) leur permet légitimement d’espérer, d’où mon opinion qu’il vaut quand même mieux que cette alliance existe « malgré tout » car cela permettra à des  oppositions « d’exister » à l’Assemblée Nationale pour s’exprimer contre les mesures souvent néfastes que « le macronisme » nous promet.

Souhaitons seulement que tous ces députés s’occupent aussi et pour certains « enfin » des électeurs de leurs circonscriptions et pas seulement de leur image sur les plateaux télé ou en photos copiées-collées à leur mentor JL Mélenchon dont j’espère aussi  » qu’il continuera à s’améliorer » comme il l’a fait depuis le 24 avril dernier en dehors, quand même,  de ses affiches « Mélenchon Premier Ministre » qui ne font pas « très sérieux »…

Oui « là où nous en sommes » avec une guerre en Europe qui remet en cause 77 ans de paix (en dehors de la guerre dans l’ex-Yougoslavie déjà consécutive à l’éclatement de l’URSS), 

avec des épidémies dont le « virus de la variole du singe » qui vient rejoindre celui de la Covid, 

des dérèglements climatiques en accélérations exponentielles, des famines mortifères à nos portes, des fragilités dans tous les domaines, des violences à tous les niveaux…. (cf. les 19 enfants et 2 de leurs maitres massacrés dans une école du Texas).

Oui « là où  nous en sommes  » , avec de manière lancinante, « Tout ça pour ça » , dans un monde où la Chine se renforce pour nous dominer, où la Russie de Poutine voudrait faire ce que l’URSS du dictateur Staline n’avait pas réussi à faire, voire même où les États-Unis retrouvent  » leurs anciens reflexes  » empreints de suffisance voire de risque de retour d’un « Trumpisme » aussi pire que le Poutinisme… le tout, à la mode du « Docteur Folamour »…

Oui, « Tout ça pour ça », dans un monde marécageux sous d’épais brouillards, entre  » suffisance et dérision  » avec au fond de soi le regret d’un temps où des dirigeants comme De Gaulle et Mitterrand voire aussi  comme Jacques Chirac ayant conscience que « l’action politique, à certaines heures, est comme le scalpel du chirurgien, ce qui ne laisse pas de place à l’incertitude »…, savaient pourquoi et comment il faut dans tous les domaines « éviter d’aller trop loin » tout en se refusant les petites et grandes lâchetés qui mènent toujours au pire.

C’est ce qui, très modestement, a sous tendu mon discours de « la Journée Nationale de la Résistance du 27 mai » 

et c’est ce que j’ai ressenti tout au long de « ce pont » de l’ascension en parcourant ma Ville, ses quartiers et en vivant toutes ses « animations » .

Puissent les dirigeants du monde avoir l’habileté et la volonté déterminée des chirurgiens qui « tiennent la vie » sous leurs scalpels !

Puissent nos dirigeants Français arrêter  » leurs copinages puérils  » et leurs décisions  » à l’emporte pièce  » !

Puisse « le pouvoir macroniste » renoncer aux mesures prévisibles dès 2023 qui mettront à mal les communes et les autres collectivités en les étranglant financièrement !

Certes l’horizon est bien noir et pourtant il faut « garder espoir », en se répétant ces mots de Guillaume Apollinaire : 

« Je donne à mon espoir tout l’avenir comme une petite lueur au loin dans la forêt »,

en ajoutant avec Nelson Mandela :

« Que nos choix soient le reflet de nos espoirs et non de nos peurs  ! »,

pour en terminer ,une fois de plus,  avec Sénèque :

« C’est quand on n’a plus rien à espérer qu’il ne faut désespérer de rien ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8657