Carnet n°706 du 11 avril 2022

« ILS ETAIENT TROIS »

J’avoue que quand les résultats du 1er tour des Présidentielles  » sont tombés  » hier soir très tard à Villeneuve d’Ascq avant d’être confirmés et complétés ce matin dans la presse régionale, ce sont les musiques de 2 chansons enfantines qui me sont tout de suite revenues en tête , « ils étaient trois… » (garçons ou petits cochons), leurs musiques disais-je et non leurs paroles…, encore que, pour ce qui est de l’une d’entre elle qui parle de  » maison en paille, en bois ou en briques « … on pourrait avoir aussi quelques « doutes »…

Plus sérieusement et peut-être, par certains côtés, plus inquiétant, les résultats électoraux ont montré que sur le plan national les 3 candidat(e)s arrivé(e)s en tête ont fait au total 73%, ne  » laissant ainsi  » que 27% aux 9 autres,

un phénomène unique en son genre  avec l’effacement des partis politiques Républicains traditionnels, un phénomène d’ailleurs aggravé dans notre Région et dans la MEL,

quand, à Lille,  » les trois  » approchent les 78% en ne laissant aux 9 autres que 22%,

tandis qu’à Roubaix, ils font près de 87% et donc ne laissent que 13% aux 9 autres (avec 52% pour Mélenchon et 0 ,99% pour Hidalgo),

qu’à Tourcoing, ils font 83% avec donc 17% pour les 9 autres,

et enfin à Villeneuve d’Ascq où quand  » les trois  » totalisent 78%, les 9 autres se partagent, comme à Lille, les 22% restants.

Du jamais vu, disais-je, les 9 restants ne comptabilisant au total selon les lieux qu’entre 13% et 27% pour représenter la social-démocratie PS, les verts, le PCF, les deux de l’extrême-gauche  » classique « ,  Zemmour et  Lassalle… sans non plus oublier que les 2 candidat(e)s de  » l’extrême droite  » font plus de 30% à eux deux  !

Les  » analystes politiques  »  expliqueront sans doute mieux que moi les  » raisons  » de ce phénomène que j’ai du mal à qualifier et que je ne qualifierai donc pas pour éviter « deexcès de langage ».

Ce qui est sûr, c’est que ces raisons sont multiples et que si certaines sont assez  » classiques  » voire compréhensibles concernant Jean Luc Mélenchon, « d’autres sont moins laïques et moins  Républicaines »…

« Ils étaient trois » hier soir sur les plateaux télé, trois donc à exprimer leurs satisfactions parce que, pour une part,  ils s’étaient « choisis » et pour une autre  » ils y retrouvaient leur compte « .

Je n’exagèrerai pas en rappelant que c’était le rêve et l’objectif de M. Macron de refaire un deuxième tour face à Mme Le Pen…. 

et qu’il avait tout fait pour cela à coups de   » provocations  » en termes de langages et de décisions.

Je n’exagèrerai pas non plusmême s’il aurait sans doute aimé aussi arriver deuxième, en disant que M. Mélenchon pouvait se satisfaire d’une belle troisième place qui « l’ancre » dans son rôle de  » premier opposant  » avec, à la clé espère-t-il, un groupe étoffé  de députés LFI en juin prochain à l’Assemblée Nationale lui laissant ainsi une belle place pour 5 ans de « premier orateur » dans l’hémicycle face à une majorité composite et incertaine…., un rôle à sa mesure en une période qui s’annonce difficile qui peut conduire, je l’ai déjà dit, à des mouvements « quasi insurrectionnels ».

Oui « ils étaient trois », ils sont trois et ils seront trois…. ,

pour longtemps peut-être si la droite Républicaine et la social-démocratie écologiste n’arrivent pas à se recomposer après avoir  » touché le fond  » en ce dimanche 10 avril 2022 !

J’en resterai là pour aujourd’hui en ce lundi 11 avril 2022, au lendemain donc d’un dimanche 10 avril frais et ensoleillé où j’ai pu, vu ma mobilité retrouvée, refaire le tour de nos 34 bureaux de vote en y rencontrant de très nombreuses citoyennes et de très nombreux citoyens, souriant(e)s, ce qui m’a fait beaucoup de bien, un  » marathon  » entre coupé de 11h à 12h30 par une cérémonie toujours aussi émouvante pour le 78ème anniversaire du Massacre d’Ascq,

un 78ème anniversaire que m’a d’ailleurs rappelé un certain 32ème anniversaire en 1976 qui fut pour moi la première grande manifestation à laquelle je participais après ma première élection en tant que Conseiller Municipal de Villeneuve d’Ascq suite à une élection partielle que j’avais gagné en février ….

Un dimanche 10 avril 2022 qui, on le comprendra, restera donc dans ma mémoiremoins exaltante et joyeuse bien sûr que le 10 mai 1981 quand François Mitterrand l’emporta contre Valéry Giscard d’Estaing mais qui marquera aussi un tournant dans notre Histoire avec lequel il faudra composer après en avoir tiré toutes les leçons…

Mais cela,  » c’est pour demain  » et d’abord , sinon surtout, pour l’après 24 avril prochain !

En attendant je continuerai très simplement , comme j’en ai le mandat jusqu’en 2026, à servir ma ville et ses habitants comme je le fais depuis 46 ans .

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8578