Carnet n°690 du 20 décembre 2021

« Le mal vient presque toujours de l’ignorance »

A quelques jours de Noël  » Fête de l’Espérance « , j’aurais aimé pouvoir écrire un carnet tout en lumières scintillantes, en odeurs sucrées et en sourires joyeux.

Malheureusement la situation épidémique, ses contraintes actuelles et futures dont on nous cache au moins les calendriers, sans doute pour nous aider à vivre des fêtes de fin d’année plus sereines que dans bien d’autres pays « qui sonnent le tocsin », 

cette situation épidémique, disais-je, m’a, une fois de plus, conduit à  » regarder les choses en face  » en titrant mon 690ème carnet d’un extrait d’une citation tirée du roman d’Albert Camus, « la peste »  :

« Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté si elle n’est pas éclairée »,

une citation d’ailleurs « tout en compréhension pour nos gouvernants » puisqu’elle  ouvre une porte en parlant  » d’éclairement possible  » comme réponse sinon comme solution au mal, et donc du rôle de l’information, des débats et surtout de l’éducation pour combattre « le mal qui est dans le monde ».

   J’aurais pu, en effet, user d’une autre citation d’Albert Camus extrait de « La chute » pour illustrer le désordre provoqué par les déclarations souvent contradictoires et décalées de nos Ministres concernés, du Premier Ministre et du Président Macron, qui « inondent nos écrans », sans oublier les vrais ou soi-disant  » spécialistes sanitaires  » qui se succèdent dans les interstices laissés par les premiers cités…. : « (si) la vérité comme la lumière aveugle, le mensonge est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur ».

   Même à moins de 4 mois du premier tour de l’élection présidentielle du 10 avril 2022, jour des Rameaux et donc, à Villeneuve d’Ascq, du 73ème anniversaire du Massacre d’Ascq, je ne saurais suspecter nos dirigeants de nous mentir même s’ils préfèrent naturellement une luminosité qui met  » chacune de leurs actions  en valeur »…

Au demeurant, et pour éviter de nouvelles dérives venant aggraver toutes les conséquences de ce que l’on a déjà vu et entendu depuis le début de la pré-campagne présidentielle,

après une semaine écoulée qui n’en a pas manquée avec les près de 5 heures de M. Macron sur LCI et 2h30 sur TF1, LCI  s’étant  permis après les 2h30 d’interview  « une rediffusion annoncée  de 3 heures » sans, dit-elle, les coupures opérées sur la première….. ,

une semaine enfin que n’a pas arrangé la nouvelle candidature suggérée  » de et par  » Madame Taubira, 20 ans après qu’elle ait contribué en 2002 à la chute de Lionel Jospin et à un 2ème tour présidentiel Chirac-Le Pen (père) …  ,

j’espère que tous les candidats se remémoreront aussi ce jugement d’Albert Camus :

                                          « La société politique contemporaine est une machine à désespérer les hommes »,

un jugement suivi d’un avertissement retrouvé dans  » Caligula  » à l’intention de certain(e)s : « Pour égaler les dieux, il faut être aussi cruel qu’eux »,

un « avertissement » que je m’autorise à adresser plus particulièrement à Jean Luc Mélenchon (et à beaucoup des siens) qui aurait pu, après 2017, être dans la ligne d’  » un nouveau Mitterrand  » s’il n’avait pas cru pouvoir égaler les dieux…

Il a encore 3 mois et 20 jours pour y réfléchir et, pour l’avoir bien connu du temps qu’il était un  » apparatchik du PS « , je ne doute pas qu’il y réfléchisse vu le regrettable  » désastre  » de la candidature Hidalgo, l’enlisement de celle de Yannick Jadot et donc vu  » l’espace  » qui s’est rouvert pour lui si… mais seulement si…

Voilà pour ce qui est pour moi aujourd’hui de la politique mais, bien entendu, cette réalité du rôle de l’ignorance dans l’existence du mal n’est ni propre, ni limité à la politique

Le monde, nos pays et leurs dirigeants,  » nos spécialistes médicaux  » et tous nos  » communicants  » nous en font la preuve quotidiennement depuis 2 ans à propos du COVID 19 dont l’ignorance de ses causes, de ses conséquences, de ses symptômeset même de sa nature réelle, explique largement « un mal » dont le monde et ses habitants n’arrivent pas à sortir.

    Qui aujourd’hui peut honnêtement dire dans quelle situation nous serons en janvier 2022 et s’il ne faudra pas annuler toutes les cérémonies de vœux ?

Qui peut ne pas s’interroger sur les conditions et dates des prochaines élections ? 

Pourra-t-on à Villeneuve d’Ascq maintenir les banquets prévus en mars pour les ainés ?

Qu’en sera-t-il des festivités associatives et scolaires de mai et juin ? 

Qu’en sera-t-il même du 14 juillet 2022 où nous avions déjà prévu de renforcer les dimensions festives dans l’esprit affirmé « d’une culture pour tous plus tangible à Villeneuve d’Ascq »   ?

Oui vraiment le mal vient bien de l’ignorance  dans lequel on est, ignorance dont les causes ne sont sans doute « de la faute de personne « , mais dont certaines attitudes et discours accroissent les effets négatifs et donc le mal …même si ou quand ils sont consécutifs à  » de bonnes volontés « .

Une chose est sûre :  la vie sera particulièrement difficile pour un grand nombre de citoyens et donc aussi pour les élu(e)s locaux et les Maires qui sont en première ligne si l’égoïsme de certain(e)s se maintient au niveau actuel, voire s’accroit.

J’en ai vu et entendu quelques exemples jeudi durant les 5 heures de Conseil Municipal, vendredi à travers quelques hurlements devant l’Hôtel de Ville au nom d’un certain syndicalisme, voire en soirée à la MEL même si là les raisons sont plutôt consécutives à du  » hors sol  » de certain(e)s de leurs auteur(e)s….

Heureusement que j’ai, ancré au fond de moi, mes valeurs Républicaines et mes convictions de social-démocrate, mon sens de l’intérêt général et, vu mon âge, ma parfaite liberté pour défendre ma ville et  mes concitoyen(ne)s qui en ont vraiment besoin… Quant aux autres qui ne voient que leurs intérêts personnels je ne manquerai pas de leur dire sans fard ce que j’en pense !

Si comme l’a écrit Albert Camus : « N’être plus écouté, c’est cela qui est terrible quand on est vieux » et même si « je suis vieux »… je pense être encore écouté et c’est pour cela que je continuerai à me battre tant que j’en aurai la force, convaincu que je suis avec Albert Camus que : « L’important n’est pas de guérir mais de (savoir) vivre avec ses maux » et surtout,  toujours avec lui, que « chaque minute de la vie porte en elle sa valeur miraculeuse et son visage de jeunesse éternelle ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8417