Carnet n°691 du 27 décembre 2021

« Il y a 23 mois je le disais déjà…. »

Si je suis revenu hier dimanche après avoir pris 6 jours de repos pour essayer de retrouver une  » forme  » que ces dernières semaines, ces deux derniers mois et ces quatre dernières années avaient largement  » entamée « , le fait est que si le massif vosgien m’a redonné de l’air dans les poumons, des images plein les yeux et des rêves plein la tête, je n’ai pu, comme la plupart de mes concitoyen(ne)s, faire l’impasse sur un contexte particulièrement angoissant…

Et de relire ce que j’écrivais il y a 23 mois dans mon carnet n° 591 du 27 janvier 2020, un mois après un premier séjour d’une semaine dans les mêmes espaces vosgiens :

« Même si  » la probabilité du pire  » est beaucoup plus faible en pourcentage que celle de voir l’épidémie du COVID « contenue »…, les conséquences de ses risques sont tellement grandes en poids que, même multipliée par des pourcentages faibles,  » l’espérance mathématique du pire » est plus angoissante que  » l’espérance mathématique  du moins pire « …, 

Entre le fait de prendre des mesures lourdes qui risquent de se révéler inutiles et ne pas en prendre en risquant des situations comparables à celle de la peste noire qui, au milieu du 14ème siècle tua entre 30 et 50% de la population européenne…, JE PENSE QUE LE CHOIX RATIONNEL BASE SUR « L’ESPERANCE MATHEMATIQUE S’IMPOSE !,

en ajoutant : 

« Je crains que le monde et ses dirigeants fassent le choix de  » la probabilité faible  » sur le risque de « l’espérance mathématique du pire » pour épargner les intérêts économiques et financiers des pays dominants ».

C’était il y a exactement 23 mois, on connaît la suite et je repense en cet instant à ces mots d’Albert Camus de 1947  dans « la peste » :

« Nos concitoyens continuaient à faire des affaires, ils préparaient des voyages et ils avaient des opinions. Comment auraient-ils pensé à la peste qui supprime l’avenir, les déplacements et les opinions ? »

Tout était déjà dit que l’on pourrait reprendre aujourd’hui tel quel en remplaçant  » la peste  » par le  » COVID-19 « .

    Certes nous avons des vaccins et on nous dit « qu’il n’y a encore » que 5,3 millions de décès dans le monde sur une population de près de 8 milliards dont 1,14 million en Europe mais quand on voit les mutations actuelles et possibles d’un virus qui à Noël en France  » a confiné  » 700 000 personnes avec plus de 100 000 contaminations  le 25 décembre  et les centaines de milliers qui nous sont  » annoncées  » pour les prochains jours , on est en droit au moins de se poser des questions, voire comme moi de  » s’angoisser  » et de s’interroger sur une décennie 2020 / 2030 dont je parlais déjà il y a 2 ans en évoquant une prophétie vieille de 1000 ans « la prophétie des papes de Saint Malachie », une prophétie dont les  » interprétations »  interpellent  même si elles ont heureusement , comme toutes les prophéties célèbres ,  » de vraies limites « …

Alors si chacun est libre ,comme l’écrivait Camus dans « La peste » , de penser que « ce fléau est un mauvais rêve et que c’est un mauvais rêve qui va passer », on est en droit encore de s’interroger sur la différence entre  » espérance mathématique  » et probabilité, 

et, bien entendu ,on a le devoir , chacun à son niveau, de tout faire pour limiter la progression de cette terrible épidémie dont les effets  probables ou possibles  restent aujourd’hui incommensurables.

Oui je le disais déjà il y a 23 mois dans mon 591 -ème carnet du 27 janvier 2020 titré  » Probabilité ou espérance mathématique  » avant celui du 2 mars n° 596 titré  » un vent de folie  » et celui du 23 mars titré  » le grand confinement  » quand finalement nos gouvernants avaient annoncé ce confinement le 16 mars pour le 17 , au lendemain donc du 1er tour des élections municipales du 15 mars…

C’était déjà alors le début confirmé d’un  » grand n’importe quoi dans les discours et les décisions  des gouvernants « ….

« Ils » nous parlaient alors d’un confinement de 2 semaines,  j’en évoquais déjà « 6, 8 sinon plus »… 

23 mois plus tard, l’angoisse collective est sans doute plus importante et  » le bout du tunnel  » parfaitement invisible…

    Nous étions alors le 27 janvier 2020.  Les vœux à la population avaient été annulés tout comme la plupart des manifestations de toutes natures , municipales, associatives, celle du Souvenir du Massacre d’Ascq, les autres manifestations patriotiques et festives, les banquets d’aînés, 

des annulations de manifestations  que la plupart n’avaient jamais connues…

    Aujourd’hui 27 décembre 2021, si j’avais, par  » précaution  » fixé et organisé une manifestation à l’Espace Concorde pour des vœux le 16 janvier à 11h, suivie d’un concert de Noël l’après-midi et même si je me suis fixé le 1er janvier pour les confirmer ou non, je pense aujourd’hui que la raison nous imposera sans doute dans une semaine de les annuler dans leurs formes prévues comme nous avions dû le faire il y a un an.

   En titrant ma carte de vœux 2022 conçue et envoyée début décembre … «  2022, revivre enfin ? « , avec donc un point d’interrogation qui limitait l’optimisme du mot  » revivre « , une carte de vœux qui fera d’ailleurs  » la une  » de la Tribune de VA de janvier à l’intention de tous les Villeneuvois(es), j’avais voulu dire mon espoir et mes doutes ,

moins d’un mois après , nul doute que 2022 ne sera pas l’année du  » Revivre enfin  » mais ,au mieux, du«  vivre quand même… « 

Puissions-nous, je le répète pour la xième fois , en profiter pour réellement préparer « des jours d’après » qui soient réellement différents des jours d’avant… pour permettre à ces jours d’après d’exister un jour….

   Il y a 23 mois, nous étions à 1 mois et demi du 1er tour des élections municipales dont le deuxième tour sera ensuite été repoussé 3 mois plus tard.

Aujourd’hui , 27 décembre 2021 , nous sommes à 3 mois et demi du 1er tour , fixé le 10 avril 2022 , des Elections Présidentielles et même si elles ne sont pas encore dans toutes les têtes, entre les candidatures annoncées, les candidatures en attente, les candidatures probables et les candidatures possibles…,

il en est qui s’interrogent, d’autres qui « pataugent » et d’autres enfin qui se préparent.

Parmi elles, il y a celle, nous dit-on, de Christiane Taubira dont je ne sais pas encore dans laquelle de ces catégories la classer, celle qui est apparue sur  » la scène politique  » comme actrice dans la création d’un « Parti indépendantiste guyanais » puis ,après avoir été députée et membre du parti radical de gauche ,avant d’être élue au Parlement Européen derrière Bernard Tapie et enfin de faire 660 000 voix en 2002 aux Elections Présidentielles quand Lionnel Jospin fût éliminé du 2ème tour par Mr Le Pen faute de 300 000 voix…. 

   Quelques derniers mots , quand même,  pour terminer dans « une autre dimension ».

Cette semaine aussi ,depuis Kourou, une fusée Ariane V a envoyé « le Télescope Spatial James Webb » qui arrivera , nous dit on ,début mai en un lieu situé à 1,5 million de kilomètres d’où, si tout se passe bien, il pourra capter les lueurs vieilles de 150 milliards de kilomètres de premières galaxies du tout début de l’univers…

Oui vraiment on est dans  » une autre dimension  » avec, nous dit-on aussi , la recherche d’exoplanètes et donc de nouvelles « terres »…. sans doute … « au cas où »

Je préfère donc aujourd’hui 27 décembre 2021…  » en rester là  » …

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8420