Carnet n°683 du 25 octobre 2021

« L’important, ce n’est pas d’être grand, c’est d’être à la hauteur »

A peine avoir écrit mon carnet du 18 octobre dernier, j’avais déjà, ce qui est rare, trouvé le titre du suivant, celui d’aujourd’hui 25 octobre 2021 :

« L’important, ce n’est pas d’être grand, c’est d’être à la hauteur »,

une citation trouvée sur internet sous une photo de Lino Ventura dont je ne pense pas qu’il soit l’auteur, un auteur ou une auteure que j’ai cherché depuis en vain sans le ou la trouver …

Et finalement si la raison de cet « anonymat »  était simplement que cette citation correspond tellement à une réalité que beaucoup de tous ceux qui s’interrogent en la matière, la font leur, d’une manière ou d’une autre, sans avoir besoin d’y apposer leurs signatures ?

En effet, si notre pays la France, si l’Europe et si le Monde ont connu de  » Grands hommes  » et de  » Grandes femmes  » qui ont marqué des temps plus ou moins éloignés dans notre Histoire, plus nombreuses et plus nombreux sont celles et ceux qui auraient voulu ou qui ont pensé l’être sans finalement en avoir les  » qualités  » pour cela.

Inutile donc pour moi d’en donner des exemples sous peine d’être désagréable, prétentieux ou injuste en une période qui n’a vraiment pas besoin de cela…, surtout si je me remémore,  » en même temps « , ces mots d’Albert Camus tirés de La Chute 

« L’air de la réussite quand il est porté d’une certaine manière rendrait un âne enragé ».

Je le dis en pesant bien mes mots surtout quand j’accompagne cette citation déjà très cruelle pour certain(e)s acteurs médiatisés depuis quelques mois ou quelques années dont chacun(e) a bien les noms en tête, d’une autre citation du même auteur :

« Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme ».

Et là, il n’y a vraiment plus matière à sourire quand on suit l’actualité au quotidien à travers ce qui ressort sur nos écrans des  » télévisions à jets continus  » même si je dois reconnaître que certaines de ces télés ont beaucoup et bien progressé en qualité de réflexions collectives et de débats organisés…

A force, pour certaines et certains,  » d’en rajouter « , il est des sondages qui nous font craindre de nous rapprocher d’une forme de  » fascisme  »  car même si rien n’est jamais sûr… même le pire…,  le fascisme reste toujours possible….

Si donc, pour en revenir au titre et au thème de mon carnet  » l’important ce n’est pas d’être grand, c’est d’être à la hauteur  »  là se révèlent celles et ceux qu’on aurait pu croire l’être ou en passe de le devenir, tout comme celles et ceux qui se sont  » montrés à la hauteur  » alors qu’elles et eux même n’y avaient jamais pensé. C’est ce qui arrive lors de toutes les grandes crises.

Pour ce qui me concerne, je le redis à ce stade, je n’ai jamais eu d’autres ambitions que celles qui ont guidées ma vie publique et c’est pourquoi je n’ai jamais rêvé d’être un jour Ministre ou Président de quoi que ce soit, l’important pour moi,  pour  » être à la hauteur « , étant de connaître mes limites et de tout faire pour faire au mieux à l’intérieur de ces limites.

Je pense l’avoir plutôt réussi durant ces 45 ans écoulés en tant qu’élu municipal de Villeneuve d’Ascq, pendant aussi 15 années de Député Européen  » besogneux « , voire comme Vice-Président de Bernard Derosier au Conseil Général et, je l’espère, à la Métropole Européenne de Lille.

« Être à la hauteur », j’espère que le Président Macron et ses Ministres ont parfois » la lucidité » de se poser la question. 

Oui je l’espère… mais je n’en suis pas sûr.

« Être à la hauteur », j’espère que les dirigeants du PS qui se sont succédés depuis 2001 à tous les niveaux osent aussi se poser la question, ce que je peine à espérer vu son état aujourd’hui… et je me contrains, à ce stade, de ne pas trop en dire quant à ce que je pense du  » donneur de leçons  » que s’affiche être François Hollande, pourtant incapable de postuler à un deuxième mandat en 2017, lui qui, en 2001, m’avait  » lâché « , sans même s’arrêter, dans un couloir du Parlement Européen, après avoir reçu ma lettre de démission du PS:  » tu vas te sentir bien seul « … (et toi François en 2021 ?),

lui qui a  » couvé  » Emmanuel Macron en lui donnant la dague qui allait le perforer :  » Tu quoque mi fili « , ( toi aussi mon fils ), comme aurait dit Jules César à Brutus en guise de dernier souffle,

François Hollande qui vraiment  » n’aura pas été à la hauteur  » et qui donc ferait mieux de se taire quand il parle des « lilliputiens » à propos des candidats de gauche (même si….) et qui devrait s’interroger sur le titre d’un ouvrage récemment paru , » Le Traitre et le néant « , sachant qu’on peut être les deux à la fois en termes d’idées et d’inaction.

C’est une des raisons pour laquelle si  » le géant vert  » des écolos, Yannick Jadot , me semble  » avoir de l’étoffe  » tout comme, à droite, Michel Barnier voire Fabien Roussel au PCF et ce, sans tenir compte aujourd’hui de sondages dont on connait les limites,

je reconnais du courage à Anne Hidalgo et je la pense être  » à la hauteur  » après l’avoir regardé et écouté sur LCI hier après-midi… même si cela risque de n’être qu’à  » la hauteur de stopper l’hémorragie mortelle du Camp du Progrès « , en recréant, comme après les désastres électoraux des socialistes en 1968 et 1969, les bases « d’un nouveau départ » pour la Social- Démocratie Française… ce qui ne serait déjà pas mal si elle y réussissait.

« Être à la hauteur », je le voudrais tellement aussi, dans l’intérêt des Français(es), pour ce qui est de nos dirigeants actuels qui, dans tous les domaines,  » naviguent à la godille  » avec une baguette dans une main et un carnet de chèques dans l’autre (des chèques d’ailleurs tirés sur notre compte et surtout sur ceux de nos enfants).

De ma vie, même à quelques mois d’une élection présidentielle, je n’ai jamais vu cela.

Entre un Pass sanitaire prolongé jusqu’à l’été 2022 et des millions de petits  » chèques carburants  » distribués ,  » un train des primeurs  » relancé entre le Midi de la France et Rungis (et  » c’est bien  » de la part de ceux qui l’avaient supprimé) mais pour ne remplacer , nous dit on, qu’une vingtaine de camions sur nos routes, 

on est loin, cette semaine encore, du souffle qu’il faudrait à la France !

Non seulement on peine aujourd’hui à trouver de « Grands Hommes » en politique, mais on peine aussi à trouver simplement des femmes et des hommes  » à la hauteur , au niveau national, de ce qu’ils font ou aimeraient faire (en dehors heureusement du niveau communal où elles et ils ne manquent pas), car pendant ce temps-là on laisse, elles laissent et ils laissent des  » individus  » comme Monsieur Z. semer des graines dont on a déjà vu les fruits mortifères en d’autres temps, un Monsieur Z. dont il faut voir le sourire carnassier quand il met en joue, même si c’est, je le crois, « pour jouer », des journalistes qui l’interrogent et dont j’espère qu’ils comprendront les risques de le médiatiser ainsi en permanence, avec  » une incroyable légèreté « …

Et  » pendant ce temps-là « , le monde continue à mal aller en se dévorant lui-même, à l’image de Prométhée dont l’Aigle du Caucase dévore le foie pour avoir volé « le feu sacré »… en termes d’environnement, de pillage de nos ressources, d’inégalités, de violences et d’intégrismes de tous poils, des dérèglements que beaucoup trop de dirigeants de pays ou d’aspirants à le devenir, à l’instar de M. Z. , se contentent de  » prendre acte « … 

J’hallucine comme j’hallucine quand je vois toutes celles et tous ceux qui d’une manière ou d’une autre défendent les mêmes idées et développent les mêmes comportements…. avec des démonstrations d’égoïsmes comme je n’en avais jamais connu. 

Heureusement que dans nos villes nombreux sont celles et ceux qui en relançant leurs activités nous permettent de « revivre enfin », comme cette semaine à Villeneuve d’Ascq, à Asnapio, au Musée de Plein Air, à la Résidence pour Halloween, en fête avec les donneurs de sang pour aider  le Téléthon, etc.. etc… en espérant que la situation sanitaire ne se redégradera pas à nouveau dans les prochains mois.

Puissent les jeunes d’aujourd’hui s’en rendre compte et réussir à faire ce que, nous, leurs aînés n’ont pas suffisamment réussi à faire, trop souvent pétris d’une conception du confort et du bonheur pourtant déjà depuis des décennies inadaptée aux enjeux de survie de l’espèce humaine elle-même… !

Et bien moi, je le pense et je le dis : je crois qu’ils en sont capables nos enfants et nos jeunes, comme je vois concrètement tout ce que beaucoup de nos concitoyens font pour développer à Villeneuve d’Ascq des actions nourricières et respectueuses de la nature pour des « jours d’après » différents.

D’où ma conclusion aujourd’hui avec, une nouvelle fois, Albert Camus :

« L’homme n’est rien en lui-même. Il n’est qu’une chance infinie. Mais il est le responsable infini de cette chance ».

Et envers et contre tout, j’y crois car, comme Albert Camus, je crois en l’Homme !

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8383