Carnet n°652 du 22 mars 2021

« Edge of Tomorrow »

Nouveau confinement oblige, un confinement imposé (sous une forme ou sous une autre pour la x-ème fois) par le Président Macron, j’ai revu ce samedi soir un film datant de 2014 « Edge of Tomorrow » dont le titre anglais a différentes traductions, dont bien sûr celle de son producteur « Vivre, mourir, recommencer »,

un film donc, plus que son titre, que j’ai repris pour titrer mon 652ème carnet, un film dont l’acteur principal, Tom Cruise, en guerre contre des extraterrestres y meurt au bout de quelques minutes de combat avant de se retrouver projeté dans une « boucle temporelle » qui le fait revivre, combattre à nouveau et mourir encore… une mort qui le renvoie dans la boucle temporelle qui lui fait retrouver la vie…, son combat et sa mort…etc. etc.

   C’est donc, plus que le titre, le profil, voire le « look », de Tom Cruise en course folle dans « une boucle temporelle » qui m’a fait penser à Emmanuel Macron dans sa course folle depuis un an quand, le 16 mars 2020 il nous a annoncé un premier confinement à partir du 17 mars après avoir confirmé le 12 mars, soit 4 jours donc plus tôt, le premier tour des Élections municipales à la date du 15 mars…

   La course était alors lancée suivie depuis, tout au long d’une année, de confinements totaux ou partiels, de déconfinements partiels, à l’image « des grenouilles que nous sommes devenu(e)s » plongées dans une eau qui chauffe lentement sans que cela provoque de réactions de notre part malgré le fait que depuis un an nous sommes à la fois en « liberté surveillée »… et rendus responsables des échecs et de l’inefficacité de ces directives qui nous sont imposées par l’État et ses dirigeants…

   J’aurais pu, certes,  reprendre un titre plus simple qui avait déjà été utilisé pour mon 626ème carnet du 28 septembre 2020 :

« Quand c’est fini, ça recommence » avec dans son texte : « Plus rien n’existe, c’est du décor. Mais je veux encore mon tour de piste. Quand c’est fini, ça remet ça pour la vie. »

Ces mots et leur auteur, Léo Ferré, m’auraient sans doute mieux correspondu que Tom Cruise… mais s’agissant ici de la course d’Emmanuel Macron dans sa boucle temporelle, Tom Cruise lui va mieux… même si rien ne nous garantit aujourd’hui « une fin de film » aussi positive et finalement aussi rapide qu’avec Tom Cruise.

  J’avoue aussi avoir pensé à une caricature vue sur Facebook de MM. Castex et Véran représentés en Laurel et Hardy… mais là, cela aurait fait injure à ces 2 grands acteurs comiques qui ont marqué mon et notre enfance. 

Même Édouard Philippe, pourtant d’habitude réservé et « prudent », n’a pas manqué de dire ce qu’il pensait de négatif sur le fond comme sur la forme des décisions annoncées jeudi dernier … d’autant que j’ai su que ces décisions avaient changé entre le jeudi matin et le jeudi soir.

   Depuis un an, on était habitué à des annonces d’un jour pour le surlendemain… mais là « ils ont vraiment fait fort » et battu tous les records, sans compter qu’une fois encore, quand ils nous disent consulter les élu(e)s … ils nous mentent… sauf si on considère que dans la MEL, voire dans les Hauts-de-France…, ma ville ne compte pas, n’ayant, depuis un an, eu que deux coups de téléphone : un en décembre 2020, quand le Directeur de l’ARS m’a dit à 18h45 ce que le Président Macron allait annoncer à 19h et un autre il y a quelques semaines quand le Secrétaire Général de la Préfecture m’a appelé un jeudi pour me demander d’ouvrir un centre de vaccination le dimanche, avec les moyens municipaux nécessaires pour cela, pour  » une opération coup de poing de vaccination  » largement compensée d’ailleurs par des baisses de doses de vaccins durant la semaine !

    Oui vraiment les autorités gouvernementales sont en dessous de tout… et je pèse mes mots.

Ce fut le cas en 2020 avec les masques, les tests et les lits de réanimation.

C’est plus que jamais le cas en mars 2021 avec des lits de réanimation toujours insuffisants en nombre et surtout les considérables manques de vaccins malgré les efforts incommensurables demandés aux personnels médicaux ainsi qu’aux collectivités et communes.

Quelques chiffres :

En France, avec 4 252 000 cas de COVID-19 déclarés et 92 000 décès, on nous parlait vendredi de 6 137 375 premières injections, soit 11,7 % de la population , et seulement 3,6 % de la population française avec les deuxièmes injections qui assurent l’immunité.

En Grande-Bretagne, ce sont 26 millions de 1ère injections qui sont annoncées dont 660 000 rien que jeudi dernier…

et je ne parle ni d’Israël ni d’autres pays tout comme j’évite de citer à quel rang dans le Monde et en Europe nous nous situons en termes de nombre de vaccinations…

Et même si en Europe, les Ministres des États membres qui prennent les décisions en Conseil  n’ont, pas plus que la Commission européenne, « été à la hauteur »… c’est trop facile, voire indécent, de rendre l’Union Européenne principale responsable de l’inefficacité des autorités françaises !

Je le dis en pensant mes mots mais avec une véritable colère !

Même notre Cour des Comptes l’a écrit en dénonçant l’impréparation et les insuffisances de l’État français.

Et même si on nous dit que 37 % des Français(es) contre 60 % font encore confiance au Président qui a d’ailleurs inventé de nouveaux mots pour qualifier ses décisions de jeudi pour éviter celui de re-confinement,

je dis que c’est tout à fait insupportable et même déshonorant pour notre Pays.

   Quant aux « oppositions politiques » et donc aux éventuelles « alternatives », l’heure n’est qu’aux répartitions potentielles de « postes » pour les Élections Régionales… dont elles pensent, à mon avis à tord, qu’elles conditionneront les Élections Présidentielles de mai 2022.

C’est « le degré zéro » de la politique ! 

d’autant qu’au quotidien, par leurs attitudes dans les conseils municipaux, « ces oppositions » ne se grandissent pas . 

Je le dis sans fard, n’ayant plus rien à prouver ni à perdre, mes seules ambitions n’étant plus que d’être encore utile pour gérer les conséquences de la pandémie tout en étant actif et pugnace pour préparer « les jours d’après » à Villeneuve d’Ascq.

   Notre Budget 2021 qui sera voté le 30 mars nous le permettra sans pour cela augmenter les impôts locaux, tout en préparant « l’après » en 2022, 2023, 2024 et 2025 sans d’ailleurs connaître aujourd’hui ni le début, ni les conditions de cet « après »…

  Comme quoi « l’ancien monde politique » dont je suis, n’a pas de leçons à recevoir de celles et ceux qui se disent issus d’un soi-disant « nouveau monde politique » de droite comme de gauche !

Au demeurant face à ces soi-disant « nouveaux politiques » qui ne sont que les héritier(e)s des anciens, quand pour certain(e)s « ils et elles n’emmargent » pas au deux,

la crise actuelle, à l’image de toutes les grandes crises que nous avons connues, a fait et fait encore apparaitre de nouvelles énergies, de nouveaux bénévoles et de nouveaux militants.

Cela avait déjà été le cas lors de la deuxième guerre mondiale en France quand on regarde de où sont venus une majorité de résistants et quels ont été ensuite beaucoup de nouveaux dirigeants et militants politiques.

Cela est aujourd’hui le cas dans les structures caritatives où les militant(e)s de toujours voient arriver à leurs côtés de nouveaux bénévoles qui s’engagent et ce, contrairement à celles et ceux des citoyens qui se replient sur leurs « pré-carrés » … en ignorant tout le reste…

On fait aussi ce constat aujourd’hui avec celles et ceux qui s’engagent nombreuses et nombreux dans les structures qui luttent contre le virus…

   Et franchement, tous ces constats me font le plus grand bien ! … et ce n’est pas une question d’âges n’en déplaise à certain(e)s dans l’opposition villeneuvoise qui trouvent qu’à Villeneuve d’Ascq «on en fait trop pour les aînés. »

Comme le chantait Georges Brassens avec une chanson dont je ne citerai que le titre, les paroles, pourtant par ailleurs très justes, pouvant, d’ailleurs injustement ,« choquer » quelques oreilles sensibles : « Le temps ne fait rien à l’affaire », chacun(e) pouvant  retrouver les paroles sur google ce que je vous conseille de faire comme je vous conseille de réécouter d’autres de ses chansons poétiques et pleines de bon sens à la fois.

Alors, avant de terminer ce 652ème carnet avec Albert Camus, merci à tous ces citoyen(ne)s qui se sont engagés, qui s’engagent et qui font notre et ma fierté !

Si Albert Camus né en 1913 et mort en 1960, victime d’un accident de voiture, nous en avait déjà prévenus il y a donc plus de 60 ans en écrivant :

« Chaque génération se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Ma tâche est sans doute plus grande qui consiste à empêcher que le monde se défasse. »

Plus de 60 ans, voire plus de 70 ans après,

je signe des deux mains !

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8124