Carnet n°651 du 15 mars 2021

« Tomber de Charybde en Scylla ? »

Si, quand la vie est à l’image d’une mer ou d’un océan relativement calmes agités seulement par moments par des vents plus ou moins violents tels qu’Aquilon et Zéphir comme nous le rappelle Jean de la Fontaine dans « le chêne et le roseau », j’aime à égrener dans mes carnets des citations « qui n’ont pas pris une ride en traversant le temps », de Sénèque à Camus en passant par Victor Hugo et par bien d’autres…, 

on aura remarqué qu’au cours de ces dernières semaines mon « appétit », sinon mon « appétence », pour des références à des dieux de la mythologie grecque dont les violences très souvent quelque peu « dédaigneuses » vis-à-vis du genre humain ne sont plus à démontrer.

   En ce 15 mars 2021, un an tout juste après le premier tour des élections municipales et un an après la veille de l’annonce, pour le lendemain 17 mars 2020, d’un confinement total, premier du genre en France, qui durera jusqu’au 11 mai 2020, si on peut encore se dire comme l’a écrit Sénèque il y a plus de 2000 ans que :

« C’est pendant l’orage qu’on connait le pilote »… , une expression et un jugement plus que jamais d’actualité qui ne me rassure pas,

après 2 carnets aux titres empreints de mythologie : « Le mythe de Sisyphe » et « Entre les ailes d’Icare »,

c’est un autre titre évoqué parmi mes choix de lundi dernier que je retiens aujourd’hui : « Tomber de Charybde en Scylla », deux monstres marins de la mythologie dont la cruauté n’a heureusement encore rien de comparable avec ce que nous vivons depuis un an … même si le risque existe et qu’on s’en rapproche… 

C’est dans sa signification actuelle que j’ai voulu reprendre l’expression pour illustrer mes questions, mes doutes et mes angoisses d’aujourd’hui vis-à-vis et face à l’avenir :

                    « Tomber de Charybde en Scylla », c’est-à-dire  « s’éloigner d’un danger pour se diriger vers un autre peut être encore plus grave ».

C’est vrai pour ce qui concerne la pandémie de la COVID 19 qui compte aujourd’hui dans le monde près de 3 millions au moins de décès sur plus de 120 millions d’infections recensées, dont près de 550 000 morts aux Etats-Unis, davantage encore en Amérique du Sud, 130 000 en Grande Bretagne, plus de 100 000 maintenant en Italie et plus de 90 000 aujourd’hui en France…

On a cru prendre dans tous les pays toutes les mesures possibles pour en finir avec un danger jugé au départ temporaire avant de tomber dans des dangers pérennes, plus importants en nombres et, on le craint, plus mortifères… et surtout sans véritables perspectives d’en finir, avec un horizon qui, un peu partout, à l’image de l’horizon que chacun connait bien, recule au fur et à mesure que l’on avance…

Reste bien sûr l’espoir que semblent nous donner les vaccins… sauf que, là aussi, à l’image de l’horizon, la couverture vaccinale au rythme actuel nous renvoie en 2022, voire en 2023, si d’ailleurs entre temps les mutations du virus ne les ont pas rendu obsolètes et inefficaces.

   En France, après que nos Ministres et notre Président nous aient promis une couverture vaccinale complète fin août prochain, c’est-à-dire dans 5 mois et demi (M. Véran, qui ne recule jamais devant rien, avait même donné le chiffre de 70 000 000 ( !)  vaccinations d’ici fin août), on en serait aujourd’hui 15 mars à 4,4 millions de premières doses et 2,1 millions de citoyen(ne)s qui auraient reçu(e)s les 2 doses nécessaires … soit 3% de la population totale de la France en près de 2 mois…

               « On tombe vraiment de Charybde en Scylla »…

entre les promesses et les réalités….

Certes, on peut espérer que le rythme des vaccinations va s’accélérer car, en termes d’accueil, les capacités des villes et des professionnels de santé, que je veux saluer et remercier, le permettent, encore faut-il qu’après « les opérations coups de poing » annoncées en fanfare pour les week-ends par nos Ministres,  les livraisons de vaccins ne diminuent pas les jours suivants…

A Villeneuve d’Ascq avec l’Hôpital privé et le Centre de vaccination à l’Espace Concorde… nous y sommes prêts… mais les moyens qui nous sont donnés ne sont pas à la hauteur ni de leurs capacités ni surtout des besoins et des nécessités pour éradiquer l’épidémie !

    Puissions-nous, je le redis, ne pas tomber définitivement de Charybde en Scylla … !

Et je ne dirai rien de plus aujourd’hui que je n’ai déjà dit et régulièrement répété concernant les conséquences qui s’aggravent encore plus vite sur le plan économique, le plan social, le plan sanitaire et celui de la santé, du fait de toutes les autres maladies …, et d’une manière générale sur le plan sociétal pour tous les citoyen(ne)s de tous âges et de toutes situations…

   C’est tout simplement dramatique pour ce qui est de la pandémie de la COVID 19 et de ses conséquences.

Et je crains, en plus, quand je vois certains comportements quotidiens égoïstes et aveugles de certain(e)s citoyen(ne)s… qui ne voient malgré tout que le bout de leur trottoir sinon de leur nez, quand je constate l’explosion de toutes les formes de violences, quand je souffre pour notre jeunesse et pour toutes les victimes d’un système qui ne connait que la loi du plus fort et celle des plus nantis,

oui, je crains que l’expression qui titre mon carnet, en référence à ces 2 monstres marins de la mythologie, se révèle demain dans les faits avec une cruauté et une violence accrues.

   Alors, quand certain(e)s leaders politiques qui manœuvrent et qui se préparent pour les prochaines élections Départementales, Régionales, Présidentielles et Législatives nous disent qu’il suffira de voter pour eux pour que tout change dans le bons sens…(LOL),  je n’y crois et je ne les crois pas !

Face aux périls mortifères, il ne suffira pas de supprimer ici les sapins de Noël, là de dénoncer le Tour de France cycliste et plus récemment dans une ville près de chez nous, de décrocher le portrait officiel du Président de la République pour y arriver.

   Concernant les élections Régionales, pour éviter de se retrouver comme en 2015, devant un choix au deuxième tour entre les droites et le FN-RN, il ne suffira pas d’un accord « d’appareils politiques » contenant surtout des répartitions « bien pesées » de postes de pouvoir espérés … pour me convaincre que, sur le fond, on ne passera pas de « Charybde en Scylla… » par rapport à ce que l’on connait depuis 6 ans.

  Ce sera vrai aussi pour les prochaines élections Présidentielles de mai 2022 entre un pouvoir actuel quelque peu dangereux par son ton, son style, ses méthodes et son inefficacité, même si moins dangereux, dans ses résultats, un RN devenu « modéré » dans son ton et son style mais qui reste dangereux quand, au fond, on sait que ce qu’il représente n’a pas changé…, les ruines de ce qu’ont été le PS et le PCF, des ruines regardées avec gourmandise, en politiciens avertis qu’ils sont, par des « verts » qui ont appris tous les délices de « la politique politicienne »… sans jamais même faire preuve de loyauté dans les engagements pris, sans oublier JLM et les siens qui continuent à rêver ….

Il est sûr aujourd’hui que si rien ne change d’ici là… on tombera de « Charybde en Scylla »… au sens mythologique du terme avec, à la clef, une fin « programmée » de notre Démocratie… par une alliance de populistes de tous poils.

Une chose est sûre : 

« je ne me prêterai pas à ce jeu, en homme libre que je suis, même si, malgré tout, je ne me battrai jamais contre mon camps de toujours qu’est le Camps du Progrès et de la Social Démocratie.

Alors, pour le temps qui me reste, via mes écrits, je suis et je resterai « un lanceur d’alerte » !

« Dans le même temps et en même temps », je continuerai à agir dans ma Ville et si cela reste possible à la MEL pour des « Jours d’après » qui soient meilleurs que les « Jours d’avant ».

Avec de la nature et de l’humain au cœur de tous nos aménagements et de toutes nos actions en privilégiant les plaisirs simples, les petits bonheurs qui font les grands, les circuits courts pour tous les aspects de la vie, de l’alimentaire au tourisme et aux loisirs,

il y a tant à faire … pour «changer la vie » afin d’assumer sa pérennité tout en vivant mieux et plus simplement dès aujourd’hui et maintenant.

   J’attends pour pouvoir voter en 2021 et en 2022 une ou un candidat(e) qui nous dise tout cela sans prétention ni arrogance.

Pour l’instant je ne l’ai pas trouvé ni pour les Régionales ni pour les Présidentielles.

Mais comme, si j’en crois Jean Jaurès dans sa « Lettre aux institutrices et instituteurs » du 15 janvier 1888, 

         « dans chaque intelligence il y aura un sommet, et ce jour là bien des choses auront changé »,

je veux garder confiance….,

je pense, j’écris, j’attends…, j’agis,

car « même quand tout parait bouché, il peut rester un espoir » 

      (Daniel Cordier, Compagnon de la Libération)

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8120