Carnet n° 629 du 19 octobre 2020

« Entre angoisse, effroi et dépression »

Rien donc ne nous aura été épargné en cette année 2020 (et ce n’est pas fini), une année qui nous étreint d’une profonde angoisse face à l’avenir, qui nous pétrit d’effroi du fait d’un acte de terrorisme barbare ,la décapitation de Samuel Paty, et qui donc plonge un grand nombre d’entre nous dans une dépression aux accents « mortifères »…

  Si, cette semaine, les deux prestations du Président Macron  et de son premier Ministre , ne nous ont vraiment rien appris de nouveau  en termes de nouveaux cas de COVID 19 et de décision de « confinement nocturne » de plus de 20 millions de françaises et de français, un confinement qu’ils dénomment « couvre-feu », ce qui a le don de m’irriter (sinon plus) de par son écho et donc sa référence au couvre-feu imposé par les allemands de 1940 à 1944 durant l’occupation, ce qui n’a pourtant vraiment rien à voir sinon que nous rappeler que malgré l’importance des forces d’occupation et les terribles conséquences pour celles et ceux qui le violaient, il n’a jamais empêché les déplacements de ceux qui le voulaient .

  J’ajoute que le Maire que je suis  rappelle que très souvent quand on a eu besoin de policiers nationaux la nuit « en temps normal » pour lutter contre les délinquances, il nous a été répondu que la police nationale n’en avait pas les moyens …et là, « leurs chefs  » les ont paraît-il trouvé pour mettre des PV à 135 € à des retardataires en « goguette », une sanction pouvant d’ailleurs aller jusqu’à de la prison au bout de 3 fois…

Oui vraiment, j’hallucine ! …même si ce n’est pas la première fois depuis mars dernier face aux décisions, virements et revirements de nos dirigeants…

Je ne nie pas la gravité de la crise sanitaire. Mais pourquoi faut-il toujours s’en prendre aux mêmes…et pas aux vrais responsables et aux délinquants…au risque de transformer le plus grand nombre de nos concitoyen(ne)s en véritables zombis (sans doute ,de plus, sous le joug de quelques autres) ….

Nous avons pour cela clairement affirmé à Villeneuve d’Ascq cette semaine, ce mardi en Conseil Municipal notre exigence de sécurité et donc de moyens de police nationale suffisants par une motion largement votée ( à l’exception des insoumis et des verts).

Si en plus, les quelques moyens encore disponibles sont détournés de cet objectif…ce n’est pas cela qui rassurera nos concitoyen(ne)s.

Au cours du Conseil Municipal, nous avons aussi rappelé notre exigence d’un moratoire sur la 5G par une motion elle aussi largement votée à l’exception des droites LR, (« bertrandiste et « macroniste » )au nombre de 4 sur 49 élu(e)s que compte notre Conseil, non pas pour refuser « le progrès » mais pour dire  NON  à un emballement technologique non maîtrisé et à ses conséquences en termes de santé, de justice sociale, de fragilités et de gaspillages…

Cela n’empêchera  pas l’Etat de persévérer, les communes et les Maires n’ayant strictement aucun pouvoir en la matière, mais il était nécessaire de pousser « ce cri « pour le dire clairement à tous les citoyens qui me prêtent des pouvoirs que je n’ai pas dans ce domaine non plus.

Le confinement nocturne, disais-je, ne fera rien de significatif en terme de pandémie sauf s’il est décidé de l’étendre (dès hier, dimanche… on parlait de le faire commencer à 17h…) avant, sans doute, de nous ré-enfermer dans nos domiciles… avec toutes les conséquences que l’on sait !

Il n’empêchera pas les trafics de drogue, les cambriolages et les actes de terrorisme comme celui qui a conduit , je le répète, à la décapitation d’un professeur par un terroriste islamiste encouragé ,nous dit on ,par certains de ses proches et beaucoup de réseaux islamistes plus ou moins « masqués » !)

On ne connait pas toutes les conséquences de la pandémie qui peuvent, en effet, soit s’aggraver soit se réduire, mais on connait ce qui nous menace avec le terrorisme islamiste et ses « berceaux communautaristes ». Or, pour l’instant, en la matière, l’Etat ne fait rien !.

J’ose espérer que ce n’est que par incompétence, même si on sait qu’il est plus facile de mettre un PV à quelqu’un qui a oublié l’heure que d’arrêter un trafiquant ou d’empêcher un « terroriste potentiel » de passer à l’acte…

Des annonces de « tours de vis » pour essayer de freiner la pandémie de COVID 19, un acte de terrorisme odieux qui nous a plongé dans la sidération (et qui aura, je l’espère, rappelé à Jean-Luc Mélenchon l’inconséquence et les dangers de ses frilosités et dérives politiciennes), et plus près de nous un Conseil municipal Villeneuvois plutôt sérieux qui a néanmoins montré le vrai visage des un(e)s et des autres…, avant un Conseil de la MEL, ce vendredi, parfaitement maîtrisé par son Président, Damien Castelain,

tout indique que, quelque soient les domaines et les niveaux, pour reprendre une formule déjà utilisé la semaine dernière, « on n’est pas sorti de l’auberge »…

La crise sanitaire et ses conséquences sur les plans sociaux, économiques et sociétaux sont loin d’être terminées tandis que les périls environnementaux et les menaces terroristes sont finalement renforcés par la crise épidémique que traverse la planète dont sont  indifférents  ceux pour qui la mort est leur premier objectif.

   Rien donc cette semaine ne nous aura été épargné entre « angoisse, effroi et dépression » face à des dirigeants désarmés dans nos Démocraties, beaucoup trop de concitoyen(ne)s encore aveuglés par leurs petits problème « raz de trottoir » (il faut voir ce qu’un Maire comme moi peut recevoir, par dizaines, ce type de messages…qui montrent « l’état de désarmement » de nos sociétés démocratiques…), des Maires et des élus locaux qui font ce qu’ils peuvent sans moyens suffisants ni pouvoirs légaux adaptés, le tout sous le regard et les « babines » de « chacals » et de prédateurs qui attendent « leur heure »…, des chacals et des prédateurs qui ne sont pas nécessairement ni surtout uniquement ceux auxquels on pense aujourd’hui.

Puisqu’on parle de « couvre-feu » et donc d’occupation et de collaboration, n’oublions jamais que la « ligne de partage » de 1940 à 1944 entre  » collaborateurs avec l’ennemi » et  les résistants  s’est fait bien différemment de ce que l’on pouvait préjuger en regardant l’état des mentalités, des engagements politiques et des discours d’avant 1939/1940…, le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétainle 10 juillet 1940 par l’Assemblée Nationale (Chambre des députés élus en 1936 et sénat) ne recueillant que 80 voix contre sur un total de 669 votants…

   Comme disait quelqu’un dont j’ai oublié le nom à propos du « tunnel » et de son bout, plus on avance dans le tunnel moins on en voit le bout …

Et pourtant, si j’ai pu parfois m’interroger sur ce point, je ne regrette pas de m’être fait réélire pour un 7ème mandat de Maire, convaincu que je suis non pas d’être » le meilleur » mais le « moindre mal possible » pour mes concitoyen(ne)s pour gérer à Villeneuve d’Ascq les conséquences de la crise, garantir la viabilité de notre ville et préparer son avenir, maintenir un « vivre ensemble » acceptable par et pour mes concitoyen(ne)s Villeneuvois(es) sans oublier de  » préparer « celles et ceux qui me succéderont (individuellement et en équipes)… ,

le tout avec en tête les paroles de deux chansons de Charles Aznavour : « Hier encore… » et « Il faut savoir »…, 

ainsi qu’une pensée de Damien Bernard que je fais aujourd’hui mienne…à chaque instant de ma vie :

« On ne peut pas rattraper le temps perdu, mais on peut essayer de ne pas perdre le temps qui reste ».

et ce, malgré tout, à l’image de Jean Gabin qui ,lui à l’âge de 60 ans (et j’en suis loin), nous fredonnait déjà :

« Maintenant je sais, je sais qu’on ne sait jamais « 

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7972