Carnet n°628 du 12 octobre 2020

« Toujours aussi peu efficace mais à nouveau habile… notre Président ! »

S’il est une qualité que j’ai toujours reconnue à Monsieur Emmanuel Macron depuis qu’il avait réussi à profiter du Parti socialiste pour « monter dans les sphères du pouvoir » en aidant, avec sa plume, Monsieur François Hollande dans sa conquête de l’Élysée et ce, avant très vite de contribuer à montrer ses « insuffisances » de  par ses fonctions auprès de lui, une fois Monsieur Hollande devenu Président le 15 mai 2014, puis surtout comme Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique d’août 2014 à août 2016… avant de le « renier  » et de réussir à apparaître comme « l’homme neuf » qui allait « achever » son mentor en 2017 en se faisant à son tour élire Président de la République le 8 mai 2017,c’est bien une réelle habileté dont il a fait preuve… sans complexe ni « état d’âme ».
On savait depuis le Maréchal Pétain que les Français avaient la mémoire courte… mais on ignorait alors qu’elle l’était autant… et c’est ce qui avait permis à Monsieur Macron d’apparaître comme « le recours » après l’échec d’un Président auquel il avait pourtant contribué…
Il a, une fois Président, au début de son quinquennat dès juin et juillet 2017, su jouer de cette habileté pour réussir à se dédouaner de mauvais choix dans certains de ses collaborateurs, pour faire passer des décisions qui ont accru les inégalités et les fractures de et dans notre pays , le tout en usant, à moulte reprises, de petites phrases assassines contre celles et ceux des Français(e)s qui n’étaient pas d’accord avec ses politiques.
Il a même réussi à « se sortir » de la crise des « Gilets Jaunes » en organisant des « shows à l’américaine »entouré d’élu(e)s « sertis de tricolore » et, de fait, condamnés à une certaine complaisance pour ne pas apparaître irrespectueux…, le tout dans un cadre pompeusement appelé « Grand Débat National » et sa conclusion principale appelée « Convention citoyenne pour le climat »
« Salut l’Artiste ! »Malheureusement pour lui, et surtout pour nous, vint la crise épidémique du COVID19… et comme c’est toujours le cas lors des crises majeures, chacun(e) se révèle, montre « son vrai visage »… et sa vraie dimension.La sienne, dès février/mars 2020, fut marquée du sceau de l’inefficacité, des erreurs d’appréciations, des revirements dans les appréciations des situations et donc des orientations et des décisions prises…
Je n’ai jamais voulu « lui jeter la pierre » en reprenant cette formule célèbre tirée d’un Évangile et prêtée à un certain Jésus : « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre »…,mais quand même, avec d’abord la question des masques, puis des lits d’hôpital, des tests, le confinement et le déconfinement, les décision catégorielles prises, supprimées et reprises…,
quel tournis ! .. et là, l’artiste a trébuché dans « la trappe du souffleur »…
Il avait beau nous parler du « couple Préfet – Maire »…, cela ne trompait personne vu que Monsieur le Préfet ne faisait qu’informer les maires de ses décisions… souvent d’ailleurs… juste après les médias…
    c’est alors que « l’habileté lui est revenue »…Il lui a suffi de sélectionner quelques maires connu(e)s de gauche et de droite, de les rencontrer, de les flatter ,de leur laisser des délais avant de mettre ses décisions en application, leur laissant ainsi « un sursis » de quelques jours pour permettre au Maire ou à la Maire en question d’assumer de fait les décisions déjà pourtant prises… pour que leurs effets en termes d’impopularité soient ainsi partagés…
  « Salut l’artiste retrouvé ! »« Il suffisait de presque rien » comme disait une chanson…« Tout va de mal en pis » avec plus de 20 000 contaminations par jour ces derniers temps… mais ça passe ( en douceur comme dans « Les filles du bord de mer » d’Adamo…)
Et l’on est passé, comme par enchantement, de la colère à la résignation avec, sur les chaînes télés « à jets continus « , le bal des spécialistes qui continuent à nous déclamer « le tout et son contraire » à longueur de journées…
D’où le titre de ce 628è carnet :
« Toujours aussi peu efficace, mais à nouveau habile… Monsieur le Président »oui, « il suffisait de presque rien »
pour passer de la brutalité à la douceur…
mais malheureusement avec les mêmes résultats…
Au demeurant, « on n’est pas sorti de l’auberge », pour reprendre une expression qui trouverait son origine dans une affaire criminelle du début du XIXè, celle dite de « l’Auberge rouge »… en Ardèche.
Impossible de faire quelque prévision que ce soit… et de programmer quoi que ce soit d’ici fin décembre 2020 et sans doute pour les semaines et les mois qui suivront en 2021…
Alors, le Maire que je suis travaille, en parfaite discrétion, 14 heures par jour sur les dossiers de la Ville, signant ou visant tous les courriers et mails par centaines qui nous arrivent et qui repartent chaque jour de la mairie, pour préparer « les jours d’après » en termes d’urbanisme plus humain, de services publics mieux adaptés, de budgets serrés à préparer et à gérer, d’organigramme municipal à modifier  et « d’alternatives » à tout ce qui doit être supprimé pour cause de contagion ….pour éviter que la vie s’arrête…

Cela prend « un temps fou » et il ne m’est malheureusement plus possible de répondre aux demandes de rendez-vous pour des problèmes de logements et tous les autres problèmes de citoyens désemparés… Heureusement que j’ai autour de moi des élu(e)s disponibles et compétents pour me suppléer dans ces tâches qui me prendraient tout mon temps… et même plus… en m’empêchant ainsi d’aller à l’essentiel.
Quant aux deux mois et demi prochains, s’il n’est, bien sûr, plus question de « Réveillon à Concorde » ,ni de » Fossilium 2020″, ni de défilé de la Saint-Nicolas, à la place des cérémonies des Jubilaires, j’irai porter moi-même, aux domiciles des récipiendaires, leurs médailles, fleurs, chocolats et parchemins…
et pour ce qui est des goûters de Noël aux Aînés, ils seront sans doute remplacés par des petits colis portés à domicile…

Somme toute, là aussi, si on ne peut pas cette année « faire comme avant »… il ne faut surtout pas ne rien faire et donc il faut chercher des solutions alternatives pour que la vie continue…, même si finalement cela coûte plus cher… car la vie n’a pas de prix.
Puisse l’État qui a trop longtemps sacrifié certains de ses services régaliens, comme la Santé et la Sécurité, s’en rendre compte, limiter les effets négatifs de ses insuffisances et préparer des « jours d’après » qui tiennent compte des expériences à tirer de la crise que nous traversons  et qui est loin d’être finie !…qu’au moins, cette terrible épreuve du coronavirus lui et nous serve de leçon !!
Puissent-t-ils, l’État, son Président, notre Gouvernement, au-delà des mots comme « séparatisme » prendre les mesures nécessaires pour restaurer la République partout, que l’on ne voit plus des commissariats brûler, des policiers « massacrés » et des criminels relâchés trop vite… Je le dis sans fard !
« La République nous appelle » disais-je lundi dernier.
Puissent « les princes qui nous gouvernent » (et nous tous , chacun(e) à notre place )… l’entendre et agir en conséquences !
La vie continue… « de mal en pis »…
même si on finit finalement par s’y habituer
un peu comme la grenouille qu’on met dans de l’eau que l’on fait chauffer… ce qu’elle supporte jusqu’à ce qu’elle devienne trop bouillante.
Puissent localement, tous les citoyens, en particulier les moins impactés par les crises sanitaire, économique et sociale… s’en rendre compte et regarder au-delà de leur pas-de-porte   !.
Puissent enfin « les politiques locaux »… les opposants, nos opposants, regarder les réalités en face, les problèmes concrets et leurs chercher des solutions plutôt que de demander des études coûteuses ou des commissions « Théodule » (pour reprendre une expression créée par le Général de Gaulle).
Mais là… suis-je sans doute encore trop optimiste…
et de me rappeler ces députés qui, le 6 février 1934, discutaient de banalités à l’Assemblée Nationale alors que des ligues d’extrême droite manifestaient sur la place de la Concorde… une manifestation qui devaient pourtant tourner à l’émeute avec 37 morts et 2 000 blessés.
Somme toute, faisons en sorte que face à une République aujourd’hui souvent inefficace faute de prises de conscience suffisantes de ses dirigeants, de lâchetés de certain(e)s et d’ambitions inappropriées de quelques autres… ne se développent pas davantage encore des forces populistes qui lui sont foncièrement hostiles mais qui, très habilement, « surfent » sur les mécontentements, les angoisses et les colères d’un grand nombre  de nos concitoyen(ne)s !… pour se préparer ainsi à prendre le pouvoir !

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7969