Carnet n° 614 du 6 juillet 2020

« A l’aube de mon 7ème mandat de Maire »

Hier dimanche matin 5 juillet 2020, au début de la première partie d’un Conseil Municipal qui devait durer au total 5 heures trente,

et avant un Conseil de la MEL, ce jeudi prochain 9 juillet, qui sans doute durera au moins autant,

deux mots me tournaient dans la tête :

« C’est reparti », deux mots assortis du chiffre « 7 » au moment où je commençais alors mon 7ème mandat de Maire et, en même temps aussi, mon 8ème mandat d’élu municipal villeneuvois, signe incontestable de ma fidélité à Villeneuve d’Ascq, aux Villeneuvois(es) ainsi qu’à mes valeurs et à mes idées de Social Démocrate Républicain et Européen.

Après donc avoir remercié les ancien(ne)s élu(e)s et installé officiellement toutes les nouvelles et nouveaux élu(e)s selon les règles légales et protocolaires en vigueur,

durant ensuite les opérations de vote à la fonction de Maire qui devaient se conclure par ma réélection grâce aux 38 voix des membres de ma majorité voulue par les Villeneuvois(es) le 28 juin dernier, il me venait en tête, avec un rien de mélancolie, en cette année 2020, année des 50 ans de Villeneuve d’Ascq, que si j’avais la chance que mon destin, écrit ou non, me permette d’aller au bout de mon 7ème mandat, cela ferait, en 2026, 50 ans aussi que j’aurais été l’élu de ma belle ville de Villeneuve d’Ascq.

C’est ce que l’on appelle « la magie des chiffres » illustrée, sinon prouvée, par des coïncidences historiques, physiques, mathématiques, scientifiques, voire, pour celles et ceux qui y croient, religieuses ou ésotériques…

A propos du chiffre 7, il en est même qui parlent de « chiffre magique », un chiffre dont la racine se retrouve dans de multiples langues, dont toutes les langues européennes, ainsi que dans des dizaines d’expressions et de titres dans tous les domaines que je ne saurais ici toutes et tous citer, sous peine d’y consacrer l’entièreté de mon 614ème carnet.

A titres d’illustrations de mon propos, quelques exemples cependant :

Les 7 jours de la semaine, les 7 merveilles du monde, les 7 péchés capitaux, les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, les 7 piliers de la sagesse…, les 7 boules de cristal, le jeu des 7 familles, les 7 nains de Blanche neige et du seigneur des anneaux, les 7 lieux et ses bottes,… les 7 branches du chandelier hébraïque, les 7 prophétesses, …

J’arrête là ma liste avec, quand même, la référence à l’hormone de croissance dont on dit qu’elle est la seule hormone à être secrétée 7 fois par jour, le fait que l’on a fait du chiffre 7, les « coordonnées cosmiques de l’Homme », et enfin, par le titre d’un film qui est pour moi, depuis que je l’ai vu à l’âge de 14 ans, tout simplement mythique sinon prémonitoire…

Mais il me faut, aujourd’hui 6 juillet 2020, « redescendre sur terre » pour en revenir à mon 7ème mandat de Maire, « le der des ders » (selon une expression de « la Grande guerre Européenne de 1914/1918) », un mandat municipal qui s’inscrit dans une décennie de tous les enjeux, de tous les risques et de tous les espoirs,

pour Villeneuve d’Ascq qui doit conforter son image, ses différences, sa citoyenneté et sa place dans la MEL,

pour la MEL qui doit conforter la sienne en France et dans l’Europe,

pour le monde dont on a vu et dont on voit les fragilités généralisées avec l’épidémie du COVID-19,

et bien sûr, « entre les deux », pour notre patrie la France dans « une Europe qui se cherche »,

une France dont on peut craindre « une navigation à la godille » si j’en juge par les annonces, interviews, déclarations et tweets divers des « princes qui nous gouvernent » dont on peut craindre que la perspective des Présidentielles de 2022 l’emporte sur toutes autres considérations, projets, idées et courage, malgré l’état de notre pays après le confinement et avant une rentrée de septembre pour le moins périlleuse et incertaine à la fois.

Quand je les entends, franchement cela me désole pour eux, et surtout cela m’angoisse quand je pense à l’avenir douloureux de millions de mes concitoyen(ne)s.

Je sais que rien n’est facile pour qui que ce soit !

Pour autant, alors que le premier et terrible problème est le drame qu’est le chômage, que le premier sinon unique enjeu, c’est de prendre très vite un virage pour changer la vie et les mauvaises habitudes qui ont été prises partout, qui nous ont conduit à la crise sanitaire et surtout à ses conséquences violentes et douloureuses,

quand j’entends le Président Macron dire qu’il faut « rouvrir le dossier de sa réforme des retraites », reculer l’âge de départ en retraite alors que des centaines de milliers de jeunes ne trouveront pas de travail à la rentrée,

quand je le vois ainsi rajouter des déchirements là où il faudrait de l’Unité et du Rassemblement, j’hallucine, oui j’hallucine, devant un tel comportement qui risque de nous mener à des situations pires que les pires situations que l’on peut craindre de devoir vivre dans les prochains mois.

J’espère me tromper, j’espère qu’il se rendra compte qu’il se trompe… mais j’ai peine à y croire encore vu le nombre de fois où il a fait pire que ce que l’on pouvait craindre et ce n’est pas l’annonce, que l’on dit imminente, de nouveaux ministres promus dans un « nouveau gouvernement » dirigé lui-même par un « nouveau Premier Ministre »… qui y changera quelque chose.

Le pire enfin pour les élus locaux qui ont été, pour la plupart, en première ligne, durant la crise,

c’est que, d’une manière ou d’une autre, l’État nous réduira encore nos moyens financiers et ne nous donnera pas les moyens législatifs pour agir légalement contre tout ce qui a contribué à la crise et contre tout ce que cette crise a montré, en les aggravant, d’inégalités sociales et sociétales.

Je l’ai dit et répété durant notre Conseil Municipal d’installation.

Nous savons, plus que jamais, ce qu’il faut faire pour « changer la vie ». Il faut, j’en conjure nos dirigeants, nous en donner les moyens !

Il ne suffit pas que le Président « débauche », pour les faire entrer dans son gouvernent, quelques femmes et hommes dits de gauche ou écolo pour cela.

On en reparlera bientôt !

Quant à la MEL, ce jeudi, j’espère aussi que l’heure sera au Rassemblement, car, là aussi, c’est la seule solution pour éviter le pire.

C’est ainsi que, c’est dans cet esprit, j’ai sollicité un 7ème mandat de Maire et que, sans doute, les Villeneuvois(es) l’ont voulu ainsi.

C’est pourquoi enfin, hier dimanche, je l’ai dit et répété à tout le Conseil Municipal et ses élu(e)s qu’elles et qu’ils soient de la majorité ou des oppositions.

J’espère que j’aurai été et que je serai entendu…

Je n’en ai pas la certitude mais j’y crois quand même davantage que je ne crois en la capacité de nos dirigeants nationaux de faire l’effort de changer de voie et de comportement.

A suivre donc…

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7885