« JEAN DE LA FONTAINE L’A DIT… »   au 17ème siècle

En ces temps que je ne saurais qualifier

et que je défie qui que ce soit de savoir qualifier… ,

il en est certaines et certains qui se croient encore, ou déjà, en « campagne électorale »,

sans même se poser la question de savoir si élection  il y aura… et si oui… quand?,

et ce,  à tous les niveaux , du local  au national en passant par le départemental et le régional.

    C’est à elles et à eux que je dédie, histoire de sourire un peu, ces deux fables de Jean de La Fontaine, un poète de renommée né il y a 399 ans dans les Hauts de France à Chateau -Thierry :

« Le coche et la mouche »

« La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf 

  en espérant, sans trop y croire, qu’elles deux  les ramèneront à la raison….

G Caudron

LE COCHE ET LA MOUCHE

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
            Six forts chevaux tiraient un Coche. (1)
Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
L’attelage suait, soufflait, était rendu. (2)
Une Mouche survient, et des Chevaux s’approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l’un, pique l’autre, et pense à tout moment
            Qu’elle fait aller la machine,
S’assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
            Aussitôt que le char chemine,
            Et qu’elle voit les gens marcher,
Elle s’en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l’empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille (3) allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
            La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu’elle agit seule, et qu’elle a tout le soin ; (4)
Qu’aucun n’aide aux Chevaux à se tirer d’affaire.
            Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C’était bien de chansons qu’alors il s’agissait !
Dame Mouche s’en va chanter à leurs oreilles,
            Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J’ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
            S’introduisent dans les affaires :
            Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

____________________________________________________________

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point. « La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Jean de LA FONTAINE
1621 – 1695

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7721