« Balance ton Maire » (suite)

« Hasard de calendrier » sans nul doute, à l’heure où certains élus et particulièrement les Maires font l’objet de campagnes de formes certes diverses mais allant toutes dans un même sens à savoir les harceler ce qui conduit d’ailleurs nombre d’entre eux à démissionner ou à n’être plus candidat en 2020,

j’ai reçu ce mercredi 18 octobre 2018 une « ordonnance de renvoi devant le Tribunal correctionnel » suite au « réquisitoire définitif du Procureur de la République en date du 27 juillet 2018 ».Le motif invoqué est connu : un article du groupe « Front National » publié dans le bulletin municipal de Villeneuve d’Ascq en novembre 2015 à l’encontre d’une élue membre du groupe d’opposition de droite VAT, un « article de groupe » que cette élue a jugé diffamatoire et pour lequel elle a déposé plainte contre moi qui n’en suis pas l’auteur et pourtant obligé de le laisser publier de part une loi qui organise l’expression des groupes politiques dans toute publication municipale.

C’est à ce titre de Maire et donc  dénommé « directeur de publication » du bulletin « La Tribune » (qualifié par je juge de « journal », ce qu’il n’est pas) que j’ai été convoqué le 24 mai 2016 par un juge d’instruction et mis en examen.

Près de 3 ans après la publication contestée (novembre 2015) et près de 2 ans et demi (mai 2016) après ma mise en examen, une ordonnance me renvoit aujourd’hui devant le Tribunal Correctionnel comme un vulgaire délinquant de droit commun et ce, sur plainte d’une jeune élue d’opposition LR porte-parole de son groupe d’ailleurs hier soir encore en Conseil Municipal.

J’avoue aujourd’hui que « j’hallucine et que je m’angoisse » quand je vois, en tant que Maire, l’importance et le nombre d’actes de délinquances dans nos villes et, nous dit-on, l’engorgement de notre justice qui doit de ce fait retarder les suites efficaces à leur donner, comme le réclament pourtant les victimes.

Il ne me reste donc plus qu’à attendre le jour où, je me retrouverai convoqué au Tribunal entouré sans doute alors dans cette enceinte d’auteurs d’affaires de droit commun.

« Balance ton Maire »… disais-je…à Villeneuve d’Ascq aussi

On le voit « tous les moyens sont bons ! » et ce n’est sans doute qu’un début.

J’avoue aujourd’hui que cela pèsera lourd dans la décision de rester ou non au service de mes concitoyens en mars 2020, une décision que j’annoncerai le 27 février 2019.

Mais je dis aussi à chacun(e) que je me donnerai tous les moyens pour défendre mon honneur contre toutes les basses manœuvres politiciennes présentes et à venir et, à travers moi, pour défendre tous les collègues Maires qui, à des degrés divers, font l’objet d’attaques de toutes natures.

G Caudron
http://www.gcaudron.org

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=6685