Déc 18 2017

Carnet n° 481 du 18 décembre 2017

« L’intelligence (et l’odeur) d’un cendrier vide »

 

J’ai voulu ce matin ouvrir mon 481ème carnet avec cette expression utilisée par un avocat à propos d’un terroriste présumé en attente de jugement pour qualifier la plupart des outils de communication (et ce qu’on peut trop souvent y lire) et qu’on dénomme injustement « réseaux sociaux » (ces réseaux électroniques dont je ne vois vraiment pas ce qu’ils ont de sociaux).

Quand on est un homme (ou une femme) public (publique), on ne peut les ignorer et il nous faut donc surveiller ce qui s’y écrit et ce qui pourrait s’écrire sur nous…

Mais quand même… c’est souvent une véritable corvée même si cela peut permettre parfois de retrouver des amis, des connaissances voire des parents « perdus de vue ».

On y atteint trop souvent le « degré zéro » de la politique ce qui contribue à abaisser les débats de tous ordres au « 6ème sous-sol » et donc finalement à empêcher les vrais débats.

 

Si on prend l’exemple du Président Macron que nous avons élu le 14 mai 2017 à plus de 66% des suffrages exprimés, avec son programme qu’il affichait clairement « et de droite et de gauche »,

si je me félicite toujours d’avoir ainsi évité et Le Pen et Fillon, si j’espère toujours, dans l’intérêt de la France et des Français, qu’il réussira son pari, au moins en partie…

Je ne peux que constater que, sans doute faute d’un pôle social-démocrate crédible sur l’échiquier politique français, et si son action est réellement de droite, on peine à y trouver des mesures de gauche quel que soit le nombre de femme et d’homme de gauche qui l’ont rejoint… pour de multiples raisons.

 

Faut-il, pour autant, multiplier des attaques qui ne grandissent pas leurs auteurs sur ces réseaux mettant en cause son épouse, ses « costumes de scène » et même les conditions de son anniversaire privé… (comme si chacun n’avait pas le droit de vivre comme il le veut quand il est dans sa sphère privée et qu’il utilise pour cela ses moyens personnels) ?

Le résultat de « ce médiocre cinéma » va à l’encontre des objectifs sans doute recherchés par des militants de gauche dont je respecte d’ailleurs le désarroi.

Ces attaques, en masquant les vraies questions qui tiennent en une formule : la République en Marche a fait le pari de favoriser les plus riches pour qu’une petite partie de leurs richesses « ruissellent sur les plus pauvres ».

Ces attaques, finalement, favorisent la confortation de cette politique inégalitaire, … il suffit de regarder la remontée importante (sinon fulgurante) de la popularité du Président ces derniers jours.

 

D’où, plus que jamais, le ressenti qui est le mien des graves conséquences de l’absence d’une force sociale démocrate dans le Nord autour de Patrick Kanner et de Martine Aubry (entre autres) et en France autour de Bernard Cazeneuve et de Stéphane Le Foll (entre autres).

 

On me dira que c’est difficile… Sans doute ! Mais il n’y a pas d’autres voies possibles sauf à accepter que la droite, certes « jeune et moderne », s’installe durablement à tous les niveaux et demain au niveau des communes.

Quand le débat ne porte plus que sur « l’apparence » que ce soit pour la mettre en valeur ou pour la critiquer, le pire pour demain est à craindre.

 

La question est maintenant : comment y arriver ?

 

Les partis politiques classiques, « machines à gérer des postes de pouvoir » sont morts !

 

Subsistent ou prospèrent « des mouvements »

La « République en Marche » en est un.

« Rassemblement Citoyen » en reste un.

Le premier a tout gagné, mais se voit « gagner » par certaines déviances propres aux vieux partis politiques.

Le second, RC, n’en est pas là malgré ses 15 ans d’existence mais il en est aussi menacé.

 

D’où mon projet, en 2018, de relancer des « laboratoires d’idées » à travers la ville pour préparer les Municipales de 2020/2021.

C’est ce qui nous a fait gagner en 2008, c’est ce qui nous fera gagner encore en 2020 / 2021 avec des équipes renouvelées, rajeunies et élargies et avec des idées et des projets qui fassent rêver tout en restant réalistes.

Rien ne serait pire que d’en rester à l’idée « qu’avec un bon Maire on a bien travaillé et qu’il suffit, ensemble de continuer »…

 

Une échéance électorale est nécessairement l’occasion de grands débats, voire de remises en cause s’il le faut et de confortations si nécessaire.

 

J’ai, dans ces domaines de renouvellement des équipes, de renouvellement des idées, et de nouveaux projets pour VA,

un rôle important encore à jouer pour assurer les transitions !

 

Somme toute, en politique, le seul combat qui vaille c’est celui des idées… à condition bien sûr d’en avoir… et moi, je l’avoue, j’en ai encore.

 

Pour en revenir et pour terminer avec la semaine écoulée qui m’a permis de « revenir sur mes pieds » après le week-end des 9, 10 et 11 qui m’avait sérieusement secoué, le moins que l’on puisse dire est qu’elle fut chargée sur tous les plans,

avant de se terminer vendredi par un Conseil de MEL qui dura de 17h à 23h et surtout par un dimanche festif et sportif, une semaine avant Noël.

J’ai d’ailleurs failli ouvrir ce 481ème carnet sur le Grand Concert de Noël à Concorde avec 8 chorales Villeneuvoises et le Villeneuve Jazz Big Band.

 

Un après midi qui m’a rappelé ces mots de Philippe Barraqui :

« Ce n’est pas tant le chant qui est sacré, c’est le lien qu’il crée entre les êtres »,

 

un lien entre les choristes, un lien entre les chorales, un lien entre les musiciens, un lien avec les musiciens, un lien entre les choristes, les musiciens et le public…

Un public debout à la fin, qui les a tous ovationnés !

Un vrai moment de bonheur !

Car, comme a dit Oscar Wilde :

« La musique met l’âme en harmonie avec tout ce qui existe ».

 

Dans une semaine, le lundi 25 décembre, ce sera Noël…

Je veux donc dès aujourd’hui souhaiter à tous mes fidèles lecteurs un Bon Noël 

et leur donner rendez-vous au mardi 26 pour un 482ème carnet.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=6054