Lecture d’un texte de Jacques DELORS par Martine AUBRY lors de la remise de lé légion d’honneur à Gérard CAUDRON

Légion d’Honneur de Gérard Caudron

Vendredi 24 octobre 2014

 

martine_aubry_25pcJe suis heureux de savoir aujourd’hui Gérard Caudron honoré.

 

Cette légion d’honneur trouve son sens – je cite l’heureux récipiendaire – dans « les combats et les vies partagées depuis 50 ans avec tant d’amis et de citoyens au service des autres, dans toutes les dimensions de ce siècle écoulé ».

Oui cette distinction vient saluer une vie d’engagement. Engagement pour Villeneuve d’Ascq, cette ville à laquelle le nom de Gérard Caudron est irrémédiablement lié. En maire emblématique et visionnaire, il a su engager la ville nouvelle dans une voie ambitieuse : être une ville indépendante, créative et rayonnante, mêlant urbanité et nature, au service du vivre ensemble.

 

Engagement pour le Nord et pour la métropole dont il est un élu investi et reconnu, hier pour le logement, aujourd’hui pour l’aménagement et l’urbanisme.

 

Engagement pour l’Europe, lui qui a passé un pan de sa vie politique (15 ans : 1989-2004) au Parlement Européen. Vous comprendrez que cet engagement que je connais et que j’apprécie au plus haut point, est celui qui me lie directement à Gérard Caudron. Et j’ai, bien sûr, un plaisir tout particulier à rendre hommage à un grand citoyen d’Europe et un fervent constructeur de l’Union Européenne.

 

A une époque où une crise de confiance éloigne les citoyens de la politique, Gérard Caudron est de ceux qui rappellent que l’engagement en politique est affaire d’action, de convictions et de valeurs.

 

Si la grande carrière politique de Gérard Caudron tient un peu au concours de circonstances, l’ampleur de son action ne doit rien au hasard.

 

Car l’homme connu pour son caractère bien trempé et son énergie, porte en lui depuis l’enfance, une capacité de révolte face à l’injustice et une volonté d’agir pour faire avancer le monde.

 

Pour faire bref avant qu’Ivan Renar ne retrace son parcours, je dirai qu’il est un homme de gauche : un homme de progrès et un humaniste, un homme de projet perpétuellement tourné vers l’avenir.

 

Voilà autant de qualités pour faire de lui un grand européen.

 

Il le dit, sa fibre européenne lui vient de son histoire personnelle, car l’enfant né en 1945 reste marqué par des récits familiaux qui lui firent mesurer combien la paix est un bien aussi précieux que fragile.

 

Depuis toujours, c’est à l’Europe des pères fondateurs que Gérard Caudron reste fidèle.

 

L’Europe qu’il défend rejoint sa vision du monde : elle doit être solidaire, sociale, culturelle, proche des citoyens. Elle doit mettre l’économie au service des hommes et au service de la planète.

A ses yeux, l’Europe est un engagement.

 

Au sens premier du terme, Gérard Caudron a pris un engagement en se présentant aux élections européennes. A cet égard, il n’a manqué aucune session du Parlement Européen en 15 ans de mandat, multipliant les interventions en séances plénières.

 

Un engagement aussi à construire une Europe qui réponde aux grands enjeux planétaires et permettent l’émancipation de chacun dans l’égalité et la justice.  J’aime alors les mots qu’il emploie : l’Europe est « un endroit où l’on travaille ». Et Gérard Caudron a travaillé sans relâche sur de nombreux dossiers : industrie, recherche, environnement, politique monétaire européenne, affaires étrangères.

 

L’Europe est un combat – et on sait l’homme pugnace –. Il mène un combat pour « une autre Europe », pour que ce grand projet qu’était et que doit être l’Europe ne soit pas affaibli ou malmené par des intérêts financiers ou nationalistes.

 

Ce combat il le mène aujourd’hui encore avec l’association « Citoyen d’Europe » qu’il a créée en 1989 pour rassembler, débattre et parler d’Europe au plus grand nombre.

 

Alors comme tous les Européens, il doit être blessé par ce qu’est devenue l’Europe, tout en étant pleinement conscient de la responsabilité notamment des Etats membres dans l’abandon d’une grande idée de l’Europe. Mais – comme tous les vrais Européens – il n’est pas vaincu… Car l’Europe a toujours avancé à travers les crises, et j’ai la conviction que celle que nous traversons, la verra franchir de nouvelles étapes.

 

***

 

Pour conclure par quelques mots plus personnels, cher Gérard, que cette légion vous soit remise à Villeneuve d’Ascq, au cœur de cette ville à laquelle vous avez tant donné et qui vous doit beaucoup, c’est là un symbole fort et naturel. Mais je suis heureux de pouvoir ajouter une dimension européenne à cette manifestation. Sans elle, l’hommage qui vous est rendu, aurait manqué un engagement et un travail majeurs -les vôtres- que je me plais à saluer.

 

Cher Gérard, recevez mes sincères félicitations et mes encouragements à poursuivre vos combats au service des autres, et au service de l’Europe.

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=3882