MANIFESTATIONS PATRIOTIQUES

Quand on vient d’être élu maire à 32 ans, et qu’on a eu la chance de n’avoir pas fait ni subi directement les effets d’une guerre, si en plus on remplace un maire qui lui avait fait la deuxième guerre mondiale au cours de laquelle il avait été fait prisonnier, le contact avec le monde bien particulier des Anciens combattants n’est pas des plus faciles.

 

En 1977, il y avait encore à Villeneuve d’Ascq, comme ailleurs, des Anciens Combattants de la Première Guerre Mondiale, beaucoup de la Seconde avec à leur cotés les plus jeunes, ceux de la guerre d’Algérie, et cela même si cette dernière ne portait pas alors le nom de guerre.

 

J’ajoute que les jugements portés par les uns sur les autres n’étaient pas toujours des plus tendres.

 

La première fois que l’on se retrouve devant le Monument aux Morts pour y faire un discours, on est très attendu et très ému.

 

On ne peut pas “piocher” dans sa mémoire, et il serait maladroit de recopier des discours types.

 

Alors on laisse parler son coeur, on dit les choses comme on les sent, en faisant simplement attention de ne froisser personne, et surtout de ne pas être blessant.

 

Au Tertre des Massacrés d’Ascq, ce n’est pas trop difficile, le 8 mai non plus, mais le 11 novembre ?

 

Alors on s’interroge : doit-on ne parler que de l’héroïsme des poilus ? Aller jusqu’à parler de “grande boucherie” ? A-t-on le droit d’évoquer les exécutions sommaires ?

 

Dès la 1ère année, j’ai osé en reprenant la chanson que je chantais petit devant le monument aux morts placé au mur de l’école de Chailvet.

 

« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’a leur cercueil la foule vienne et prie… »

 

Et j’ai alors parlé de ceux qui sont mort “bien moins pieusement d’une balle au fond d’une tranchée… et qui n’ont pas eu droit à la prière de la foule…”

 

J’ai senti un léger malaise mais pas de rejet.

 

Et puis le temps passant, j’ai pu discuter avec tous ces combattants de toutes les guerres. Je les ai mieux connus, encore mieux compris et encore plus respectés.

C’est une des raisons pour laquelle j’ai été fidèle à toutes les manifestations patriotiques de ma Ville.

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=1202