Carnet n°733 du 17 octobre 2022

« L’EFFET DOMINO »

Si on peut avoir des doutes et bien sûr des opinions différentes sur le degré de gravité de ce qui nous attend dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, en matière de guerre en Europe, de dérèglement climatique dans et sur notre  » planète terre « , de diminutions d’ores et déjà avérées des espèces qui y vivent, de crises économiques où se conjuguent des pénuries, de l’inflation et surtout l’explosion des inégalités sociales, sans oublier la pandémie du COVID  qui perdure et les coups portés aux modèles démocratiques…, 

une chose est sûre en ce début de deuxième décennie du 21ème siècle : on assiste à ce que l’on appelle  » l’effet domino « , c’est-à-dire une réaction en chaine quand un changement au départ considéré comme presque mineur provoque d’abord un changement à proximité immédiate qui, lui- même, en provoque un autre et ce, ainsi de suite jusqu’à l’extinction de la chaine par la chute de son dernier domino, autrement dit jusqu’à la fin… quelle qu’elle soit…

Si on ajoute à cet  » effet domino « , qui est clairement apparu début 2020 pour s’amplifier en 2021 et surtout à partir du 24 février 2022 avec l’attaque de l’Ukraine par Poutine, 

 » l’effet papillon « , quand un évènement jugé, souvent au départ, infime et lointain (comme les premiers cas de Covid en Chine en 2019) va provoquer une et des importantes conséquences insoupçonnées dans tous les domaines, un  » butterfly effect  » du plus petit au plus grand, de l’insignifiant à l’apocalypse,

on mesure l’ampleur de ces phénomènes conjugués dans tous les domaines et sur toute notre planète… et c’est loin d’être terminé, et pour l’un et pour l’autre.

Si on a pu avoir quelques exemples de l’un ou de l’autre depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, on n’avait jamais eu les deux à la fois ni par exemple durant les 3 à 4 semaines des  » évènements de mai 68 « , ni durant la crise des Gilets jaunes, ni aux moments « des guerres de décolonisation », ni même en février 1962 lors de la crise des fusées soviétiques destinées à Cuba quand le monde frôlât alors  une guerre atomique.

Si pour autant, je ne suis pas, davantage qu’il y a une semaine, enclin à penser que nous allons vers une guerre mondiale nucléaire, je pense que la guerre en Europe voulue par la Russie va s’amplifier, que des variants des virus vont faire des dégâts croissants, que des troubles économiques, sociaux et politiques vont toucher un nombre de plus en plus important de pays en particulier aujourd’hui encore démocratique en Europe… « effet domino » et « effet papillon » conjugués…

Alors certes à l’ONU, sur 193 États, seuls 5 ont voté pour l’annexion par la Russie de régions Ukrainiennes… et quels États… (Biélorussie, Corée du Nord, Syrie, le Nicaragua),

mais dans tous les autres domaines les choses se sont aggravées avec, par la Russie, des bombardements massifs de civils dans de nombreuses villes ukrainiennes, des colères citoyennes en Europe un peu partout aux conséquences imprévisibles pour les plus fragiles, de la misère sur tous les continents et  » un virus  » qui vit sa vie… en tuant … dans  » un silence assourdissant « .

Somme toute, on n’est pas au bout de la chaine des dominos ni aux effets ultimes du  battement d’ailes du papillon .

Pour en revenir à la France ,

si, malgré mon opinion négative que je ne saurais cacher concernant les discours et les pratiques de  » la France Insoumise  » portés par  certain(e)s  de ses  » gardes rouges  » sinon trop souvent par son chef,

je salue la réussite, même relative, de la marche parisienne  d’hier dimanche comme un cri de colère plus que justifié de ceux qui souffrent et ce, en attendant la grande journée de manifestations syndicales de demain mardi.

Si je peux comprendre les aspirations des salariés des raffineries quand leurs dirigeants et actionnaires  » s’empiffrent  » sur le dos de tous les citoyens, tout comme d’ailleurs l’État, vues ses taxes sur les carburants qui augmentent aussi proportionnellement ses gains,

si pour autant je ne peux me réjouir de voir notre pays paralysé et les automobilistes condamnés à passer des heures dans des files d’attente pour avoir du carburant pour aller travailler, 

si, pour autant, je ne veux pas  » tirer sur l’ambulance gouvernementale « ,

je ne peux accepter les leçons faites par ce même gouvernement associé au MEDEF concernant un droit de grève qui est tout aussi légal que  » le 49/3″ qu’il s’apprête à utiliser pour faire passer un budget sans majorité à l’Assemblée Nationale avant , demain sans doute, pour faire adopter « une réforme des retraites » pourtant rejetée largement par une majorité de Français(e)s.

Oui M. Macron, oui Madame Borne,

« tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse », une expression dont on trouve les premières traces dans  » le Roman du Renard  » il y a près de 9 siècles avant d’être reprise par un bon nombre d’auteurs jusqu’à aujourd’hui… en ce lundi matin dans mon 733 -ème carnet !

Mais le plus grave pour moi, c’est que ce ne sont pas les responsables de ce  » bris de vaisselle  » qui en paieront l’essentiel des conséquences, ils sont bien trop protégés pour cela, et ce sont encore les plus pauvres et les plus fragiles qui devront se passer  » de cette eau , faute de cruche « .

Alors croisons les doigts et surtout battons-nous démocratiquement pour que le Président Macron et son gouvernement changent de politiques et de pratiques car s’ils sont tentés par  » la politique du pire  » via une dissolution, qu’ils sachent qu’ ils conduiront alors notre pays à  » une situation à l’Italienne  » ce qu’attend madame Le Pen et peut-être monsieur Mélenchon !

Plus près de nous encore, à Villeneuve d’Ascq, la vie a continué avec, lundi dernier, une étape de plus dans la venue possible d’un établissement du Musée National d’Histoire Naturelle dans notre ville, une belle victoire européenne de nos  » Guerrières  » de l’ESBVA, un gros travail sur Grand Angle et notre Centre-Ville du 21èmesiècle en construction, le retour des Allumoirs à Ascq, les 20 ans de  » Vapeur 45  » au Château de Flers , la clôture d’un beau tournoi à la Bourloire de l’Etaque St Pierre, nos filles du Stade Villeneuvois victorieuses contre Montpellier en Coupe de France de Rugby au Stade Théry,  » la Fête de la sorcière  » au Musée de Plein Air  avec ses milliers de visiteurs, un très beau spectacle à l’Espace Concorde dans le cadre de l’automne bleu ,

sans oublier bien sûr dimanche midi 16 octobre l’hommage à Samuel Paty pour lui dire « modestement » , là où il est, qu’on ne l’oublie pas, qu’il est pour nous un modèle et que l’on porte son message !

Voilà, et même si j’aurais tant de choses encore à dire, j’en resterai là pour aujourd’hui sur une note d’espoir de Jean d’Ormesson :

          « Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu »

( un message d’espoir à méditer sans modération en ces temps de doutes et d’angoisses )

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8796