Carnet n°724 du 17 août 2022

« Dans la tourmente des temps, l’Homme est une girouette sans boussole… »

Si l’été est d’abord nécessairement destiné à prendre un certain repos, il est surtout pour moi propice à la réflexion, à l’immersion en moi-même, à une plongée dans mon passé et à une grande interrogation en termes d’espace, de temps et de sens de la viesinon de recherche du  » grand architecte  » d’un Univers qui nous dépasse avant peut être un jour d’en découvrir le sens.

Parfois les deux coïncident quand par exemple, en ce mois d’août 2022,  je me  » perds  » parmi les 3000 menhirs alignées à Carnac, que je découvre une église du XIème siècle et ses mystères ou que je me retrouve au Clos Lucé à Amboise dans l’ombre et l’âme de Léonard de Vinci…

D’où ce titre comme « sorti « du mode de mes écrits hebdomadaires pour un carnet publié avec 3 jours de retard, un titre extrait d’une citation qui est largement mienne :

        « Dans la tourmente des temps, l’Homme est une girouette sans boussole que les vents de l’actualité, des modes et des  » opinions  » dirigent à leurs grés »

C’est ce que je ressens pour moi-même de moi-même et que j’ai voulu écrire au moins une fois en ce 724èmecarnet, au cœur d’un mois d’août 2022 vraiment pas comme les autres avant bien sûr d’élargir sous ce titre mes réflexions sur le monde qui nous entoure et sur ses actualités…

« Dans la tourmente des temps, l’Homme, (et j’ajouterai le monde d’aujourd’hui) est  une girouette sans boussole », une ou des girouettes que d’autres girouettes que sont nos médias, parfaits miroirs de ce que nous sommes, nous en font la démonstration quotidienne.

Je ne suis pas sûr que chacun s’en rende bien compte mais essayons, durant quelques instants, de regarder certaines réalités en face extraites des 3 dernières années qui se sont écoulées.

Durant à peu près 24 mois, de février 2020 à février 2022, on n’a parlé que de la Covid, on n’a eu que des images du Covid, des débats et des chiffres sur la Covid et ses conséquences de tous ordres, en effleurant à peine en mars et juin 2020 des élections municipales pourtant si importantes pour notre vie démocratique et ce, avant qu’aujourd’hui certains  » politiques « , pour se faire un nom ou se refaire une santé, proposent d’en faire un  » scrutin aux contours et raisons non identifiés  » en modifiant la base citoyenne électorale contrairement à toutes les autres élections clairement liées à la nationalité…

J’aurais l’occasion d’y revenir plus tard et d’en dénoncer toutes les incohérences et tous les risques.

Le 24 février 2022 les troupes Russes de M. Poutine entrent en Ukraine pour essayer de détruire cet Etat européen au moins aussi démocratique et européens que certains des derniers Etats qui ont rejoint l’Union Européenne en 2004 ou qui sont membres de l’OTAN.

La Covid disparaît alors quasiment de tous les médias et écrans malgré des vagues successives, quatrième, cinquième, sixième,… septième (et + ) que n’empêchent pas deux, puis trois puis quatre doses de vaccin…,

et ce, pour laisser la place, en boucles, aux informations, images et débats sur l’Ukraine avec des chiffres de toutes natures sur la guerre  et toutes ses conséquences.

A peine a-t-on une parenthèse pour une élection présidentielle en forme de « remake » voulu en haut lieu de celle de 2017 suivie d’élections législatives qui, avec cette stratégie des extrêmes, vont priver M. Macron de majorité à l’Assemblée Nationale avec les conséquences que l’on sait et  » un grand cirque  » dans l’hémicycle complètement en décalage d’avec les graves difficultés qui se développent et qui s’annoncent dans notre pays.

En ne laissant plus d’espace ni pour une Social-Démocratie européenne ni pour une droite conservatrice Républicaine, n’existent, plus en dehors de la « minorité présidentielle » , que deux extrêmes populistes dont les seuls objectifs sont de conquérir le pouvoir par tous les moyens…

Dans ces  » 3 côtés d’un curieux triangle », c’est le règne des excès et des mensonges… d’où le conseil de Jules Renard qui me semble aujourd’hui particulièrement pertinent : 

     « Dis quelques fois la vérité si tu veux qu’on te croit quand tu mens » et que je leur adresse.

« Heureusement », si j’ose dire en forme d’humour noir, vues les conséquences dramatiques pour des régions entières, pour leurs habitants et pour notre environnement, l’été vint avec des vagues multiples de canicules, de sécheresse, de dizaines de milliers d’hectares de forêts et de champs calcinés,

et là, exit quasiment l’Ukraine et même les risques mortifères autour de la plus grande centrale nucléaire d’Europe située à Zaporijia pour ne plus avoir sur nos écrans que les incendies qui ravagent dramatiquement plusieurs régions à coups d’informations, de chiffres, d’images et de débats en boucle…quasiment 24H /24 

A peine la Chine et ses missiles au-dessus de Taïwan sont apparus sur nos écrans après la visite à Taipei de la Présidente du Congrès Américain, Nancy Pelosi…

Et pourtant, en Ukraine comme dans le détroit de Formose, ce pourrait être le début d’une troisième guerre mondiale et je ne parle pas de l’agitation de multiples dictateurs qui s’engouffrent dans la tourmente .

Les pro-Russes, les pro-Chinois et les anti européens ont certes pu se déchainer, JL Mélenchon et ses « gardes rouges » en tête, mais si cela confirme le danger des extrêmes, cela confirme surtout les fragilités des démocrates européennes dont bien sûr la France.

Oui vraiment  » Dans la tourmente des temps l’Homme, le monde et les médias dans nos Démocraties sont des girouettes sans boussoles que les vents de l’actualité, des modes, et des  » opinions  » dirigent à leurs grés « .

Heureusement depuis 3 jours que la pluie tombe, les incendies sont « fixés » et « ils » peuvent reparler de l’Ukraine et de la Crimée ….

Alors oui, j’aurais pu parler de M. Macron en jet ski, de M. Mélenchon en Amérique du Sud sur le mode de Tintin, du « curieux débat Bernalicis -Dati », M. Bernalicis le député de la 2ème circonscription que l’on verra sans doute encore moins « sur le terrain » que durant son premier mandat (mais pourquoi se gêner puisque ça ne le dessert pas ?…), parler aussi des grandes fortunes qui pavanent en s’enrichissant grâce aux crises, du désespoir des plus pauvres et des classes moyennes, des violences en tous genres et du communautarisme religieux qui risque de tuer notre République…,

mais tout est déjà là, repris, expliqué, amplifié par une tourmente qui malmène nos girouettes de tous poils…

Alors oui, j’aurais certes pu en rester aux prémices de ce carnet et décider de finir ma vie en ermite  » à la recherche de l’impossible « …

mais je le confirme aussi : ce n’est pas mon choix !

Je dois à la génération à venir de continuer à me battre dans la tourmente contre les girouettes pour une République laïque et européenne qui permette de vivre dans la France que l’on aime, en Europe pour être plus forts, et sur la terre qui est notre seul habitat possible.

Ce n’est certes pas gagné, mais les seuls combats perdus d’avance sont ceux qu’on ne mène pas,

et j’entends bien, en tant qu’individu et modeste citoyen  faire simplement miens quand mon heure sera venue, ces mots de Léonard de Vinci :

      « Comme une journée bien remplie nous donne un bon sommeil, une vie bien vécue nous mène à une mort paisible »

Il avait 67 ans à sa mort en 1519 …. J’ai déjà aujourd’hui, par rapport à lui, un bonus de 10 ans… et j’espère que ce n’est pas encore près d’être fini

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8726