Carnet n°721 du 25 juillet 2022

Dans l’œil du cyclone

Il y un an et tout juste 20 jours, le 5 juillet 2021, je titrais déjà ainsi  mon 667ème carnet   ,  » dans l’œil du cyclone  » ,

autrement ditavec ce carnet , je faisais déjà le constat qu’on vivait alors un calme relatif après une tempête mais aussi avant une autre sans doute pire,

le cœur d’un cyclone étant pour les spécialistes en la matière  » le centre d’une circulation cyclonique délimité par un mur d’orages aux conditions les plus extrêmes « .

Je ne m’étais malheureusement pas trompé  vu ce que l’on allait connaître , une fois l’été 2021 passé , avec :

–     De nouvelles vagues de Covid  (nous en sommes aujourd’hui à la 7ème vague voire à la huitième),

–        Une aggravation rapide des conditions environnementales,

–        Des tensions un partout dans le monde,

–        Des formes multiples de violences dans notre paysaccompagnées de poussées extrémistes et populistes palpables (les dernières présidentielles en France nous l’ont démontré)

et surtout une nouvelle guerre déclarée en Europe avec l’invasion de l’Ukraine par  » la Russie de Poutine  » le 24 février 2022, il y a donc maintenant 5 mois… et  depuis, en plus de toutes ses victimes  et les crimes de guerre russes  , toutes les conséquences graves ,voire mortifères, économiques en termes d’inflation sur un rythme annuel de 10% , de pénuries  énergétiques et alimentaires, un peu partout dans le monde

sans oublier une angoisse terrible  face à la menace brandie par Poutine et les siens d’un  » holocauste nucléaire « .

Aujourd’hui 25 juillet 2022, après des jours de terribles incendies de forêts à coups de dizaines de milliers d’hectares ravagés en France bien sûr mais aussi en Grèce et au Etats Unies, (pour ne citer que 3 exemples ), 

alors que la guerre en Ukraine me prouve chaque jour un peu plus que j’avais raison quand je parlais du  » trio infernal Staline, Hitler, Poutine « , n’en déplaise aux amis d’un M. Macron qui « aimait câliner Vladimir en le tutoyant , tandis que le RN et LFI trouvaient au Sieur Poutine  »  bien des excuses  » ( et je suis modéré dans mes propos) ,

nous sommes à nouveau ,au cœur de l’été 2022    » dans l’œil du cyclone « .

Ainsi , si on peut essayer de « s’apitoyer » sur le triste spectacle parlementaire à l’AN fait d’invectives d’insultes, de chahuts et de « positionnements » pour être toujours  « à l’image  à côté de l’orateur du moment « …, 

si Poutine alterne le chaud et le froid sans aucune pudeur tout en continuant à massacrer des Ukrainiens , 

chacun essaie de reprendre son souffle et de  » faire comme si …  » en profitant du sentiment d’un calme plus relatif comme dans le cœur apaisé d’un cyclone, chacun étant conscient pourtant  que les  » orages  » qui nous attendent seront d’une ampleur jamais atteinte depuis 80 ans .

Tout peut arriver, y compris le pire, et je n’accepte pas que certains(es) dans le monde politique Français d’aujourd’hui ,  dans le « monde des dictateurs  » actuels et potentiels sur la planète terrevoire même en Europe, parient sur cette perspective redoutable pour rester au pouvoir ou vouloir le conquérir par tous les moyens !

J’ose le dire car, comme Albert Camus,  je pense que « Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance » et , comme lui aussi , que« le besoin d’avoir raison est la marque d’un esprit vulgaire », ce qui n’est pas mon cas, moi qui espère toujours me tromper quand j’exprime mon pessimisme comme dans mes carnets passés à propos du COVID, des risques environnementaux et du dictateur Poutine ,

la seule note « d’optimisme » à laquelle je m’accroche désespérément étant que ces crises terribles nous auront peut-êtrefait gagner du temps pour y répondre vu qu’elles seraient de toutes façons arrivées à un moment où  » il aurait été encore davantage trop tard « .

Et pourtant quand on nous parle de nouveaux variants du COVID tout aussi contagieux et plus dangereux, tandis que l’OMS alerte sur  » le virus  du singe « , que les températures moyennes mondiales augmentent beaucoup plus que  prévu avec des amplitudes jamais atteintes , qu’on est conscient de l’esprit suicidaire de Poutine à l’image d’Hitler dans son bunker le 30 avril 1945, que la population mondiale continue à croître à raison d’un doublement tous les 40 ans (8 milliards aujourd’hui et donc 16 milliards en 2060 / 2070 ), 

soit on devient « survivalistes » à la mode des films américains post-apocalyptiques, soit « on s’y met tous » pour apprendre à vivre autrement en  » changeant la vie  ici et maintenant « comme on le chantait du temps du PS de François Mitterrand !

Oui, il faut s’y mettre tous car même si les chances de réussite sont limitées, il n’y a pas d’autres voies possibles.

J’en resterai là pour aujourd’hui avant de partir à mon tour samedi prochain «  Revoir ma Normandie « , redécouvrir la Bretagne que je n’ai pas vue depuis un peu plus de 50 ans, revivre la  » douceur angevine  » durant quelques jours à partir d’Amboise, voire peut-être de retrouver, avant de rentrer à Villeneuve d’Ascq, l’Auvergne où j’ai habité entre 1966 et 1968, avec ,entre autres, le plateau de Gergovie et le Château de Murol …,

le temps somme toute de reprendre des forces pour rester encore à la tâche aux côtés de mes concitoyens afin de faire face au mieux aux périls qui nous menacent ainsi qu’à toutes leurs conséquences au niveau local et donc à mon très modeste niveau.

Puisse l’avenir donner raison à André Maurois quand il écrivait que « le monde progresse grâce aux choses impossibles qui ont été réalisées 

car à l’instar d’ Albert Einstein, je suis de ceux qui pensent que c’est mon devoir de rendre  au monde  au moins autant que j’en ai reçu, 

et ce, avec une méthode que je dois à Sénèque : «  La vie, ce n’est pas attendre que les orages passent, c’est apprendre à danser sous la pluie  »  …

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8695