Carnet n°692 du 3 janvier 2022

En 2022 toujours, les mots d’espoir sont le courage, la parole claire et l’amitié.

C’est, une fois encore, avec une citation d’Albert Camus retrouvée par sa fille dans un texte inédit qu’elle fit connaitre en 2017,

que j’ai voulu titrer mon premier carnet de l’année 2022, une citation  » qui n’a pas pris une ride «  bien que datant de la fin des années 40 du 20ème siècle, 

un message qui s’adresse à tous, responsables, dirigeants ou  » simples citoyens « , dans leurs réflexions, décisions et actions quotidiennes à tous les niveaux,

un message qui devrait les faire réfléchir et qui devrait les  » inspirer « en ces temps d’angoisse et d’incertitude où l’arrogance, l’égoïsme voire le mépris ne peuvent  qu’aggraver la situation ….

Des mots donc tous simples qui pourraient, s’ils étaient mis en œuvre par certain(e)s citoyen(ne)s (heureusement minoritaires en nombre), réduire les effets d’égoïsmes aveugles qui gâchent la vie des autres.

Des mots tous simples qui, surtout au niveau des « dirigeants », devraient, par exemple, nous éviter leurs discours  » en mutations constantes  » sur la pandémie, la situation économique du pays, la situation sociale difficile d’un nombre croissant de nos concitoyens, sans oublier le dérèglement climatique dont on parle  malheureusement moins en ce moment alors qu’il reste aujourd’hui à la base de la quasi-totalité des autres problèmes que je viens de rappeler.

Monsieur Macron aurait dû s’en inspirer le 31 décembre à 20 heures, pour nous éviter un discours sans chaleur ni humanité lu sur un prompteur avec donc le regard  » vers l’ailleurs  » que cela implique…., un regard vide qu’il semblait s’adresser à lui-même .

Si j’ajoute à cela des fautes grossières comme celle de remplacer notre drapeau tricolore par un drapeau européen au-dessus de la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe (et c’est l’Européen de toujours que je suis qui le dit),

des » mises à l’honneur  » récentes de certain(e) dont on peut s’interroger sur  » la pertinence  »   (et le mot est faible) ,

une démarche confirmée quotidiennement de l’État, via ses services régionaux déconcentrés, qui, faute d’assumer à minima ses compétences régaliennes, s’emploie à réduire à l’infinitésimal ce qu’il reste de la décentralisation voulue par François Mitterrand (auquel on pensera avec respect  samedi prochain 8 janvier, 26 ans après son décès) et son Ministre Gaston Defferre , somme toute un  » retour vers un passé » que j’ai connu  avant 1981 mais avec « l’humain en moins »… , j’en ai de multiples exemples,

nul doute, à l’heure où la pandémie du COVID-19 voit exploser le nombre de contaminations journalières à plus de 200 000, que l’Espoir qui reste pour 2022 suppose, plus que jamais, le courage, la parole claire  et l’amitié   !

Il serait  vraiment nécessaire que certain(e)s relisent Albert Camus.

J’en resterai là pour aujourd’hui, laissant à chacun(e) sa définition de l’amitié pour en mesurer l’importance en matière d’Espoir, 

en rappelant  qu’aillant dû, pour la deuxième année consécutive, annuler la cérémonie traditionnelle des vœux et reporter le « Concert du Nouvel An » qui devait la suivre

j’ai relancé l’opération citoyenne qui avait connu un beau succès l’année dernière,  » 2022 : Faites un vœu pour Villeneuve d’Ascq «  via le site internet de notre Ville et des  » « formulaires papiers  » bientôt disponible dans les lieux d’accueils municipaux.

Et pour en terminer avec ce 692ème carnet dont la brièveté en étonnera sans doute plus d’un(e) 3 citations qui complèteront celle d’Albert Camus qui l’a titré et structuré :

L’une d’elle, d’Albert Einstein, est un appel à l’effort et le rappel de notre responsabilité :

       « C’est le devoir de chaque être humain de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu ».

La deuxième, de Christophe Colomb, est plus souriante :

      « On ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va »

(elle devrait plaire à nos dirigeants et à leurs « groupies »)

La troisième, de Léopold Sédar Senghor, est plus que jamais toujours davantage d’actualité :

    « L’orgueil d’être différent ne doit pas empêcher le bonheur d’être ensemble ».

Alors, pour le plaisir, une « cerise sur le gâteau », avec ces mots de Paulo Coelho qui constituent pour moi un élément majeur du « crédo de ma vie »

   « La liberté n’est pas l’absence d’engagement mais la capacité à choisir ».

                       BONNE ANNEE 2022 A MES FIDELES LECTRICES ET LECTEURS  !

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8429