Carnet n°644 du 25 janvier 2021

« ABRAHAM L’A DIT … »

Ce titre en surprendra sûrement plus d’un(e) en ces temps où notre Président de la République et ses Ministres multiplient des déclarations toutes aussi péremptoires que contradictoires et en forme d’un  « yo-yo » quelque peu indécent s’agissant d’une situation aussi grave à la veille, nous dit-on en plus, d’un troisième confinement.

   Il est vrai en effet que j’aurais pu être tenté par « Emmanuel l’a dit » , après sa dernière expression de mépris pour les Français(es) quand, cette semaine, il a « dénoncé les 66 millions de procureurs » que seraient nos compatriotes, continuant là aussi une sorte de yo-yo entre « coups de gueule » (l’arrogance en plus) et contritions millimétrées  (on se souvient des « gaulois réfractaires » et de « ceux qui ne sont rien » pour ne citer que deux exemples parmi bien d’autres… de l’estime qu’il nous porte).

   Ce sont en effet des signes de bien tristes comportements et surtout de curieux rapports à la Démocratie, des signes qui, malheureusement, gagnent de nombreux pays .

  Je n’en dirai pas davantage sinon que ce n’est sûrement pas sans rapport avec son tempérament qui lui a permis ce que certains appellent une forme de « hold-up électoral » en 2017 et qui n’est pas sans rapport non plus avec d’autres victoires surprises électorales dans d’autres pays, dont celle il y a 4 ans dans un grand pays dont on parle beaucoup en ce moment même si, heureusement pour nous, la comparaison s’arrête là… aujourd’hui…

   J’avais donc en effet pensé à ce titre « Emmanuel l’a dit » simplement aussi en référence à ce jeu : « Jacques à dit », un jeu pour enfants bien connu, animé par « un maître de jeu », un jeu qui a, nous dit on, pour but « d’obéir sans être dupe… »

   Mais cette semaine, l’attitude d’Olivier Véran  (Ministre ci-devant lui aussi ex-PS ) qui, le 21 janvier, a réussi à déclarer devant le Sénat durant l’après-midi que 15 millions (sur les 25 / 30 millions de  citoyens dits « à risque « ) seraient vaccinés cet été avant, le soir même au journal de 20H de TF1, dire que fin août il y aurait 70 millions (!) de Français(es) vaccinés…, des « attitudes » qui m’ont conduit à ne pas me laisser entrainer sur une pente qui ne fait que rajouter de l’angoisse et du désespoir chez des dizaines de millions de citoyen(ne)s de tous âges depuis un monde étudiant et une jeunesse désespérés jusqu’à des aînés enfermés dans une attente interminable de pouvoir encore vivre réellement un peu, sans oublier celles et ceux qui ne savent plus si demain ils pourront encore avoir un travail et ainsi subvenir aux besoins des leurs…

Celles et ceux de nos concitoyens qui maugréent face à des retards de travaux, d’élagages dans leur rue ou de déchets non ramassés ont-ils bien en tète de ces misères et que la barre des 10 millions de pauvre vient d’être franchie en France ?…

Alors oui, c’est pour cela que j’ai choisi un titre pour des raisons que je vais maintenant donner après avoir, pour essayer de nous faire sourire, repris une citation de Bertolt Brecht que j’adresse avec humour aux « Princes qui nous gouvernent » :

         «  Puisque le Peuple vote contre le Gouvernement, Il faut dissoudre le Peuple. »

   Ce titre, « Abraham l’a dit… », je l’ai choisi en écho à une déclaration du 16ème Président des États-Unis (né en 1809 avant d’être assassiné en 1865) que fut Abraham Lincoln,

et dont l’intemporalité est manifeste en ce 21ème siècle :

« On peut tromper une partie du Peuple tout le temps,

le Peuple une partie du temps,

mais on ne peut tromper ce Peuple tout le temps »,

Donald Trump, 45ème Président des États-Unis, chassé de la Maison Blanche vient d’en faire l’expérience le 20 janvier avant l’ouverture d’un « procès en destitution » contre lui  prévu mi-février devant le Sénat américain.

D’autres se profilent dans les mois et années qui viennent qu’il n’est pas utile de préciser, chacun(ne) les ayant plus ou moins en tête…

J’espère néanmoins que celles et ceux qui sont au pouvoir un peu partout et à tous les niveaux, tout comme celles et ceux qui voudraient y accéder par tous les moyens…méditeront cette pensée…,

et ce, en n’oubliant jamais non plus ce que disait Jean-Jacques Rousseau un siècle plus tôt :

  « Quand un Peuple ne défend plus ses libertés et ses droits, il devient mûr pour l’esclavage »,

une réalité et toutes ses conséquences que l’Histoire nous rappelle 

   Que dire d’autre en ce 25 janvier 2021 quand on n’est plus  en capacité de faire des prévisions crédibles à plus d’une semaine ou de deux en termes d’épidémie, de capacités de vaccination, d’état d’urgence, de confinement, de réouverture ou de fermetures de tout ce qui fait pourtant la vie, voire d’échéances électorales régionales, départementales, présidentielles et législatives… ?

  Que dire de nos perspectives communales en termes d’activités, de services publics, de vie associatives et donc de budget communal à équilibrer en 2021… (et je n’ose aborder aujourd’hui 2022, 2023 voire au-delà pour celles et ceux qui seront encore en responsabilités à ces moments-là…)

Nul doute qu’à tous les niveaux il faudra changer nos « logiciels » qui président à nos décisions…, changer nos priorités autant que de besoin, nous adapter toujours au plus vite aux obligations qui nous sont imposées.

  Heureusement qu’à Villeneuve d’Ascq nos finances sont saines du fait que nous avons toujours décidé d’ajuster nos dépenses à engager sur nos recettes garanties… et non l’inverse…

On en reparlera bientôt lors du débat d’orientation budgétaire (DOB) préparé avec compétence par nos cadres et nos services municipaux (malgré les départs en retraite de notre DGS et de celui par mutation de notre DGST), un travail en lien étroit bien sûr avec notre Adjoint aux Finances et avec moi-même.

L’arrivée d’un nouveau Directeur Général des Services le 15 février devrait nous et leur donner « un peu plus d’air » pour préparer le budget 2021 proprement dit .

C’est peu dire que depuis près d’un an, (on relira pour cela mon carnet du 27 janvier 2020 n°591 titré « Probabilité ou espérance mathématique ? », pour mieux comprendre peut-être que mes inquiétudes ne sont pas nouvelles) pourquoi depuis, pour la part qui me revient, j’ai toujours eu « un pion d’avance »,

pourquoi aussi beaucoup de celles et ceux qui m’entourent dans les services et parmi les élu(e)s se sont « usé(e)s à la tâche »

avec des signes visibles pour certain(e)s et pour moi…,

mais pourquoi aussi, envers et contre tout, on continue et je continue, même si cela me conduit parfois à réagir avec un peu de virulence contre certaines illustrations de ce que Albert Einstein appelait « la bêtise humaine » , la qualifiant d’infinie avec ,disait-il, pour la « bêtise humaine » une certitude d’infinité plus grande que l’infinité de l’Univers.

   Je cite Albert Einstein : « Deux choses sont infinies : L’Univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »

   Concernant enfin ,ce lundi 25 janvier, (dernier lundi du mois de janvier 2021), je rappelle que n’ayant pas pu organiser ,pour des causes sanitaires ,la traditionnelle cérémonie le 17 janvier et n’ayant pas voulu la remplacer par « un discours du Maire sur internet », 

j’avais lancé le lundi 11 janvier, il y a donc 2 semaines, un appel : « Faites un vœu pour Villeneuve d’Ascq ! ».

Nous avons, à ce jour, reçu plus de 200 vœux et nous devrions donc, dimanche prochain 31 janvier à 11 heures, avoir dépassé les 300 ! J’en tirerai quelques brèves et premières leçons sur le site de la Ville www.villeneuvedascq.fr où ces vœux sont d’ailleurs publiés au fur et à mesure qu’ils nous arrivent.

Pour les avoir parcouru, je peux dire qu’il ressort que si certains, légitimement, sont directement ou indirectement inquiets voire critiques, la grande majorité d’entre eux expriment « l’amour des Villeneuvois(es) pour leur Ville », sa réussite, son image, son attractivité, ses services… et le plaisir, sinon le bonheur, qu’ils et elles ont d’y vivre… en espérant disent-ils souvent, que cela continuera…

des vœux donc pour Villeneuve d’Ascq, mais aussi un nombre non négligeable de vœux qui concernant la MEL, la Région, la France, l’Europe et la Planète, tout étant lié en ces temps de fragilités, de doutes et de peurs…

   Voilà, tout est dit… ou presque… en attendant, paraît-il, les prochaines expressions présidentielles et ministérielles mercredi ou  jeudi prochains dont on nous dit et  nous dira sans doute d’ici là, « tout… ou presque tout »…

   Avec donc pour en terminer sur une note malgré tout plus optimiste, une citation d’Émile Zola :

« Rien n’est jamais fini. Il suffit d’un peu de bonheur pour que tout recommence. »,

Une citation que je complèterai ainsi : « pour que tout recommence, le meilleur comme le pire »

             A suivre…..

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8084