Carnet n° 580 du 12 novembre 2019

« Chiffre 7 »

Si dès l’annonce de ma candidature à un dernier mandat de Maire aux élections municipales de mars 2020 il ne m’a pas échappé que ce serait, en cas d’élection bien sûr par les Villeneuvois(es), mon 7ème mandat en tant que Maire (et le huitième en tant qu’élu villeneuvois), un 7ème mandat que ne manqueraient pas de « surligner » mes concurrents et adversaires pour se plaindre, voire dénoncer, cette « longévité », j’avoue avoir été surpris de voir pour la première fois (en dehors de l’allusion à la « naphtaline » d’une élue LR-VAT que je ne qualifierai pas) cette allusion dans la bouche de politiciens, qui il y a quelques 4 décennies, soutenaient des régimes à l’est de l’Europe  dont les dirigeants « duraient » plus longtemps encore et sans avoir jamais été élus par leurs concitoyens… ce qui n’est pas mon cas ayant toujours été clairement et nettement élu démocratiquement. Ils ne resteront sans doute pas les seul(e)s d’ici le 15 mars à utiliser cet argument faute d’ailleurs d’en avoir d’autres …

Au demeurant, ce chiffre « 7 » exprimé au masculin ou au féminin, au  singulier ou au pluriel, suivi ou non de « ème », … a été et est encore utilisé des dizaines de fois dans tous les domaines : religions, philosophies, livres, ouvrages divers, filmologie, philosophie etc…

Il serait trop long de toutes et de tous les citer, sinon en sélectionnant quelques un(e)s pour en illustrer la diversité : les 7 couleurs de l’arc en ciel, les 7 péchés capitaux, les 7 branches hébraïques, les 7 jours de la semaine, les 7 sacrements, les 7 merveilles du monde, les 7 mercenaires (et samouraïs), le 7ème sceau, les 7 boules de cristal, les 7 salopards et même… les 7 piliers du viaduc de Millau.

A l’heure donc où, imprudemment peut être vu les risques de toutes natures et de toutes gravités que cela comporte pour moi, je me prépare à affronter ce chiffre « plus que particulier » même s’il n’est pas « apocalyptique », j’essaie plutôt de croire ou au moins de m’inspirer, sinon de me rassurer, en retrouvant le sens qu’il a en numérologie où il correspond à la connaissance, à l’analyse et à la chance, « l’individu sous influence 7 » étant supposé avoir un esprit limpide, clair, fasciné par l’absolu, l’inconnu et en perpétuelle recherche de réponses à tous les mystères.

Celles et ceux qui me connaissent bien y retrouveront sans doute quelques aspects de ma personnalité.

Certes, ce n’est plus « dans l’air du temps » du soi-disant « nouveau monde » qui a déjà limité à 3 le nombre possible de mandats consécutifs de Maire (ce qui d’ailleurs ne s’applique pas à moi compte tenu de « l’intérim » que j’avais choisi de m’imposer entre 2001 et 2008).

J’ai même lu quelque part qu’un journaliste proposait de mettre la limite à 2, une décision donc déjà prise d’un côté et une envie exprimée de l’autre qui n’auront comme effet que de redonner du pouvoir « aux appareils politiciens » seuls capables par « soumissions et achats » d’assurer une carrière politique avec plusieurs mandats sur le mode du « jeu de l’oie » ou du « Monopoly »… aux plus « dociles » de leurs membres sans avoir à consulter les électeurs au préalable, un parcours qui va de Maire à sénateur.., puis à député européen… à Maire à nouveau… voire plus (ou pire) « dans les palais de notre République ».

M. Macron qui a déjà « recyclé » un bon nombre de « socialistes » a sans doute envie de continuer mais aussi l’envie d’avoir les moyens de garder « les siens ».

Certain(e)s qui sont encore « en liste d’attente » s’en réjouiront… qui ne manqueront pas de me qualifier de « dinosaure ».

A celles et à ceux-là, avec le sourire qui sied en la matière, je rappellerai que les dinosaures sont apparus sur terre il y a environ 240 millions d’années (pratiquement en même temps que les premiers mammifères) avant de disparaître brutalement et totalement il y a 65 millions d’années.

Ils ont donc occupé la planète durant 175 millions d’années.

A titre de comparaison et selon ses définitions certes à géométrie variable, l’espèce humaine a aujourd’hui au maximum 100 000 ans d’âge et une perspective, si on est vraiment très très optimistes, de 2 à 5 fois plus… soit 200 000 à 500 000 ans, au regard des 175 millions d’années des dinosaures car, personne ne le nie plus, l’espèce humaine est la seule espèce vivante ayant la capacité, sinon le désir de s’éliminer elle-même.

Finalement donc, le chiffre 7 appliqué à l’Homme est bien modeste et à ce moment de ma vie où je l’ai déjà multiplié par 10, si j’avais la possibilité d’en arrêter là de par ma propre décision et si pourtant j’ai décidé d’essayer de « m’en rajouter une tranche » c’est parce que j’ai pensé avoir au moins 7 bonnes et vraies raisons de le faire :

1 – Malgré mon âge et mon ancienneté dans la fonction, j’ai encore la santé, la forme et l’envie de continuer à m’engager au service de ma ville, de mes concitoyens(ne)s et de mes valeurs.

2 – J’ai sans doute encore bien plus que d’autres un projet et des idées pour Villeneuve d’Ascq, la capacité d’assurer au mieux la finition de ce qui est engagé en plus de celle de concevoir et de lancer des actions et des projets pour l’avenir en termes d’équilibres urbains, de mixités de toutes natures, d’adaptation aux mutations de nos services dans un contexte budgétaire contraint, de bon sens et de participation citoyenne pour privilégier l’intérêt général sans négliger les légitimes intérêts particuliers, pour « une ville  nature et nourricière » économiquement performante et « bonne à vivre ».

3 – Au niveau de la MEL et de la Région, mon expérience, là aussi, me fait et me fera militer pour de larges consensus actifs en refusant les enlisements consécutifs à des manœuvres partisanes.

4 – Comme il faut, pour cela, rassembler largement bien au-delà des étiquettes partisanes, je pense aujourd’hui être quasiment à Villeneuve, le seul à être en capacité de le faire.

5 – La cinquième raison de mon engagement tient dans la devise de la République Française et ses 3 mots de Liberté, Égalité, Fraternité… que certain(e)s aujourd’hui jugent « désuets » mais qui ont toujours structuré mes combats, des combats souvent gagnés et parfois perdus comme au niveau de la France où on voit, jour après jour, des conquêtes sociales acquises par les ouvriers et les salariés ,balayés d’une main méprisante comme des avantages insupportables par les puissants et par les riches « qui se gavent de mondialisation ultra libérale ».

Le projet actuel de retraite par points en est l’exemple le plus déchirant pour celles et ceux qui croient encore en notre République et aux conquêtes sociales issues de la Résistance et du Général De Gaulle, après celles du Front Populaire et avant celles de mai 68 et du premier septennat de François Mitterrand.

La liberté sans égalité, rebaptisée aujourd’hui solidarité, n’est plus qu’un leurre.

La liberté et la solidarité sans un minimum de fraternité risque de n’être plus qu’un système déshumanisé et désincarné.

6 – A ces 3 valeurs s’est ajoutée à nouveau, plus de 100 ans après la loi de 1905, la laïcité mise aujourd’hui à mal par des communautarismes religieux surtout… mais pas que…, des intégrismes et « leurs maîtres à penser » anciens et nouvellement convertis, ce qui m’a renforcé dans mes convictions qu’il faut strictement séparer la sphère privée de la sphère publique et que, surtout, les règles de quelque religion que ce soit ne doivent jamais interférer et encore moins influencer nos règles, valeurs, lois et règlements républicains.

Et même si les 2 dimensions et phénomènes ne se recoupent pas automatiquement, je dis et je répète que lorsqu’un étranger vient en France pour y acquérir des droits liés ou non à la nationalité, il vient chez nous avec son histoire, sa culture et ses traditions pour enrichir notre patrimoine français commun en ces matières et pas pour y substituer les siennes et les siens.

Voilà, c’est dit …, qui me vaudra pas mal d’inimitiés supplémentaires et des désirs accrus de me voir disparaître. N’est-ce pas M. Mélenchon et quelques-un(e)s des tien(ne)s impudemment baptisés d’insoumis(es)… ?

Quand on se dit « insoumis » on ne se soumet pas à quoi que ce soit, à qui que ce soit et pour quelque motif que ce soit ! on ne défile pas au milieu d’une foule au nom « d’Allah akbar » (Allahu Akbar, Allah est le plus grand), une expression religieuse de prière devenue pour certains un cri de guerre !

7 – Dernière raison enfin qui porte le chiffre 7 et qui pour moi est vitale : l’urgence écologique, le développement durable, la lutte contre toutes les pollutions qui ruinent notre santé et le combat pour une agriculture nourricière de qualité en circuit court et saisonnière au cœur même de nos cités.

Je le redis : il faut agir avec force et détermination à tous les niveaux durant la décennie à venir 2020 / 2030.

Après elle, il sera trop tard et nos enfants connaîtront ce que des films dits « post-apocalyptiques » nous décrivent depuis plus de 20 / 30 ans.

Oui, on le voit, j’avais au moins 7 vraies et bonnes raisons d’annoncer ma candidature pour solliciter des électrices et des électeurs un 7ème et dernier mandat, et cela même si j’avais aussi quelques bonnes raisons de souhaiter comme Ulysse, vu et revisité par Joachim Du Bellay, il y a près de 500 ans : Ulysse qui après avoir « fait un beau voyage… est retourné plein d’usage et raison vivre entre ses parents le reste de son âge… ».

S’il m’arrivait d’être battu le 15 mars prochain, voire d’être mis hors course avant…, c’est ce qu’il me resterait à faire jusqu’au jour de ma mort et ce, sans déplaisir excessif… convaincu que je suis que je ne serais alors pas le seul à payer le lourd tribut de cette défaite et surtout que j’aurais alors bien des choses encore à faire et bien des bons moments à vivre…

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7443