Carnet n° 534 du 24 décembre 2018

« PETIT EMMANUEL, QUAND TU DESCENDRAS DU CIEL… »

(sur une mélodie rendue célèbre par Tino Rossi)

 

Nous ne sommes sans doute pas nombreux à le savoir : Noël est une fête qui a son origine dans la Rome antique.

Si, en effet, en tant que fête chrétienne, elle commémore la naissance présumée de Jésus de Nazareth, avant la christianisation de l’occident elle avait été fixée le 25 décembre comme « Grande fête du soleil invaincu » (sol invictus) par l’Empereur Romain Aurélien pour contenter les adeptes de « Sol Invictus » et du « culte de Mithra ».

Ce n’est d’ailleurs qu’en 336 de notre ère qu’on trouve mention d’une célébration chrétienne le 25 décembre s’ajoutant ainsi à la liste des religions rendant un culte à Noël.

C’est l’édit de Théssalonique du 27 février (et oui déjà…) en l’an 380 décrété par l’Empereur Romain Téodose 1er qui fera du christianisme l’unique religion de l’Empire Romain en interdisant l’ensemble des cultes dits « païens » et donc en faisant de Noël une fête exclusivement chrétienne.

Si j’ouvre ainsi mon 534 ème carnet en ce 24 décembre 2018, c’est pour rappeler aux « intégristes de tous poils » que Noël est une fête universelle, une fête dans laquelle chacun peut, à juste titre, se retrouver, une fête des enfants, une fête des lumières, une fête de la Paix et de la sérénité.

Et c’est pourquoi, si Noël est, dans mes souvenirs d’enfance, fait d’odeurs de chocolats et de mandarines, de chaleur, de lumières, de bougies, et d’amour familial, … sans oublier « la messe de Minuit en la cathédrale de Laon », si Noël est aussi pour moi une date, en 1979, où j’ai vu que j’allais perdre ma mère et une autre, l’année dernière en 2017, où j’ai senti que « l’espace » était bien étroit entre la vie et la mort,

Noël est surtout pour moi une date, un jour, une nuit où tous les êtres humains devraient se retrouver, se donner la main, revivre leur enfance au fond de leurs souvenirs, célébrer la naissance et la renaissance, en dehors de tout intégrisme, en toute laïcité… pour l’enfant, pour les enfants que nous fûmes tous, que nous restons souvent et aux enfants que nous avons procréé et à qui nous allons laisser un monde au mieux « difficile » sinon douloureux, voire cruel.

Et pour essayer de faire le lien entre ce rappel de l’origine de Noël, de son Histoire et les problèmes du Monde d’aujourd’hui que nous vivons, dont nous souffrons et dont nous angoissons sans heureusement perdre tout espoir,

je repartirai de cette citation qui parle « des 4 âges de la vie de l’homme » : celui où il croit au Père Noël, celui où il n’y croit plus, celui où il est le Père Noël et celui où il ressemble au Père Noël, un Père Noël qui n’apparait d’ailleurs dans sa représentation actuelle qu’au milieu du 19 ème siècle mais dont les racines remontent à des rites et des croyances antiques liés au Soleil (sol invictus » soleil invaincu).

En raccourci et pour essayer de donner le sourire à mes lecteurs en cette période qui ne nous en donne que très peu l’occasion,

je dirai qu’en mai 2017, il y a un an et demi, avec M. Macron, beaucoup ont cru au Père Noël, que quelques mois très vite après (et surtout depuis 4 mois), la plupart n’y ont plus cru, que face à la révolte des Gilets jaunes, M. Macron, le 10 décembre, s’est cru pouvoir jouer « les Pères Noël » et qu’enfin, malgré son relatif jeune âge, il semble condamné maintenant et jusqu’à son départ, à n’en avoir plus que l’apparence vieillotte, sauf que, même les enfants n’y croient pas… M. Macron n’en ayant pas la moindre once de bonhomie.

Et même si après avoir compris « les gilets jaunes », j’en condamne aujourd’hui très fortement les dernières violences et ceux qui les attisent,

je n’oublie pas que c’est par ses politiques injustes et sa volonté d’éliminer les corps intermédiaires (syndicaux, associatifs et politiques) que le Président Macron a conduit la France dans cette situation… et qu’il en est donc l’unique responsable (ce dont il n’avait pas manqué de s’enorgueillir avant que « la marmite n’explose »…)

Reste à espérer que la France retrouve son calme et sa sérénité… mais rien n’est moins sûr vu les rancœurs et les colères accumulées qui ne datent pas toutes de plusieurs décennies contrairement à ce que voudraient nous faire croire les supporters du pouvoir. Certes il y a des « effets de seuils » dans les colères accumulées, mais quand, face à cela, « on en rajoute », on les aggrave, on nous provoque, en « conjuguant amateurisme et arrogance »… il  ne faut pas s’étonner qu’on en arrive là. Même des élu(e)s de LRM (à défaut pour ce moment d’avoir encore des militants), le reconnaissent et ne s’en cachent plus…

« Heureusement » pour eux et malheureusement pour beaucoup de « citoyens restés le cœur à gauche », le PS flirte avec les 5% et le total PS + Verts + Hamon + les Insoumis dépassent à peine les 25%.

A qui la faute ? à chacun d’entre eux ! et je pense que Jean Luc Mélenchon lui-même en entendant les discours de « certains des siens » commence à s’en rendre compte…

Il y a vraiment matière à s’inquiéter en particulier quand on voit certains socialistes se sentir « repousser des ailes » pour les élections municipales de mars 2020, des verts croire leur temps venu et des insoumis parier sur une chute du régime…

Je pense et je crains plus que jamais que nous entrons dans une crise profonde et destructrice et que cela pèsera dans mes décisions à venir, une crise qui est le résultat de l’amateurisme (sinon pire) au sommet de l’État, l’éclatement possible de l’Europe, les secousses sismiques à la MEL, et toutes leurs conséquences dans nos communes en mars 2020 d’abord et surtout après …  y compris à Villeneuve d’Ascq.

Pour moi, plus que jamais, quoi que je fasse et où que je sois, l’heure est au Rassemblement sur des idées, des valeurs, des objectifs largement partagés, avec énergie et pour une République Laïque dotée d’un système de Démocratie Représentative améliorée par le scrutin proportionnel mais sans donner le pouvoir à « celui qui crie le plus fort » ni à la minorité la plus active…

L’avenir de ces prochaines semaines me dira si cet « ancien monde », dont je m’honore être, a encore cours… et cela pèsera lourd dans un sens ou dans l’autre sur les décisions que je prendrai.

Car oui, je le dis et je le répète : j’ai des valeurs avec une ville, Villeneuve d’Ascq, chevillée au cœur.

Quand je revisite la semaine écoulée commencée lundi avec l’inauguration d’une navette autonome, symbole d’innovation, sur la cité scientifique, poursuivie avec un Conseil Municipal uni et rassemblé mardi autour des mêmes projets et valeurs, des fêtes de Noël pour tous et toutes, tous les jours, dans nos quartiers et tous nos équipements… dans un esprit festif et citoyen et convivial, même, et j’ajouterai surtout, si à la MEL, le moins que l’on puisse dire, « ça tangue »… et « les couteaux sont sortis », avec pour cible Damien Castelain,

moi je serai plutôt du genre de ce bambin qui disait « même pas peur ! ». De ce point de vue là au moins, les années n’ont pas de prise sur moi…

Et pourtant j’ai reçu hier 22 décembre 2018 une assignation devant le Tribunal correctionnel pour le 26 mars 2019 suite à l’article du groupe FN contre une élue LR dans le bulletin municipal de novembre 2015…, une élue qui a porté plainte contre moi en tant que Maire, il y a donc 3 ans…

C’est pas beau ça ? quand on voit ce qui se passe autour de nous… « traîner un Maire devant un Tribunal alors qu’il n’a rien dit, ni écrit, ni fait de mal sinon que de laisser les minorités du Conseil Municipal s’exprimer dans le journal municipal conformément d’ailleurs à la loi qui en fait obligation.

Et pourtant je le répète « même pas peur ! » et si on pense ainsi me conduire à jeter l’éponge… on se trompe !

« Ite missa est » ? (Allez la messe est dite ?) une formule latine utilisée depuis l’an 500… à laquelle les fidèles répondent « Deo gratias »…, ce qu’en bon laïc et surtout homme déterminé à ne jamais me soumettre, je ne ferai pas…,

d’autant que je pense répondre ainsi à Gandhi « apôtre, s’il en est, de la non violence », qui nous a prescrit :

« Là où il n’y a le choix qu’entre lâcheté et violence, je conseillerai la violence »,

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=6839