«

»

Mai 02 2017

Imprimer ce Article

Carnet n° 452 du 2 Mai 2017

« Entre traditions et ruptures, un week-end pas comme les autres »

 

Ce long week-end du 1er mai 2017 qui a permis à certaines et à certains « de s’éloigner du temps », un week-end au cœur du deuxième tour des élections présidentielles, un week-end entre fraîcheur et soleil, un week-end entre joie, sourires, rires et angoisses.

Oui, ce long week-end du 1er mai 2017 n’aura pas été un week-end comme les autres.

Côté symbole, le dimanche 30 avril, Journée Nationale du Souvenir des victimes et des héros de la déportation avec, à 11 heures, notre traditionnelle cérémonie Place Jean Moulin, une place qui porte un nom qui est un symbole à lui tout seul, une cérémonie toujours pleine d’émotion et d’humanité…en particulier cette année.

Dommage qu’à l’instar des élus d’extrême droite, les élus de la droite Républicaine n’ont pas voulu ou n’ont pas cru devoir y être présents…

J’avoue ne pas comprendre, me refusant encore à trop comprendre…

Côté symbole, bien sûr aussi, le 1er mai, Fête du travail et Fête des travailleurs, avec, à Villeneuve d’Ascq, la traditionnelle remise des médailles du travail à l’Espace Concorde suivie d’apéritifs citoyens dans les divers quartiers de la Ville.

Une fête du travail et des travailleurs précédée à Villeneuve d’Ascq d’une rencontre avec les organisations syndicales, une fête du travail où j’ai voulu une fois encore rappeler les éléments passés d’une « grande marche des travailleurs » pour la conquête de leurs droits, mais aussi les fragilités récurrentes de ces droits car toujours remis en cause par des idéologies dominantes ou « à la mode »,

une journée de travail et des travailleurs, toujours marquée par un chômage insoutenable, mais aussi pétrie de divisions à l’aube du 2éme tour des Présidentielles et ce, contrairement à 2002 où malgré le peu de risque du Le Pen d’alors, il n’y a pas eu aujourd’hui 1 mai 2017, la même unanimité contre Madame Le Pen au masque certes souriant mais camouflant ses mêmes origines et ses mêmes dangers pour notre Démocratie Républicaine…

La journée des Déportés, dimanche, avec le rappel de où nous mènent les mêmes idées « envoûtantes » pour certains citoyens, une journée des Déportés suivie le lundi 1er mai par l’étalage des divisions faces à ces idées nauséabondes et aux risques de nous voir entraînés dimanche prochain vers les pires malheurs.

Je l’ai écrit cette semaine à Jean-Luc Mélenchon, lui qui n’avait eu aucun scrupule à appeler à voter pour Jacques Chirac en 2002 et qui se refuse à appeler à voter Emmanuel Macron en 2017, une attitude que j’ai qualifié « d’irresponsable » !

C’est vrai que la France d’Emmanuel Macron peut légitimement « questionner » mais celle des Le Pen, père, fille, nièce, « n’en pose aucune », vu ce qu’il et ce qu’elles nous promettent entre « mauvaises fréquentations », origines douteuses, mensonges fallacieux, obsessions des boucs émissaires et grands écarts sur tout, en toutes choses et en tous lieux…

Comment donc un homme de gauche peut-il avoir l’ombre d’une hésitation ? Sans compter que les réalités sont là, partout où le FN est déjà là !

Quant à moi je n’ai eu et je n’ai aucune hésitation. Après avoir, pour le premier tour, appelé à voter pour éviter un deuxième tour Droite dure/Extrême droite, j’ai dès le soir du 23 avril, appelé à voter pour Emmanuel Macron pour faire barrage aux Le Pen (et cela même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il propose) mais sans nier non plus les espoirs de renouveau qu’il représente dans la vie politique et pour la France…Et sans oublier enfin que l’image de la France dans le monde avec Mme Le Pen à l’Élysée serait pire que celle de D. Trump à la Maison Blanche.

Heureusement enfin, ce long week-end marqué des sceaux des traditions et des ruptures  fut aussi celui de nos continuités Villeneuvoises avec de nombreuses Assemblées Générales et manifestations associatives, des animations et des concerts, des compétitions sportives avec un beau titre de Vice-Championnes de nos supers nanas en rugby, une victoire « essoufflante » de nos guerrières de l’ESBVA qui vont en finale, un beau succès de nos jeunes guerriers du HBCV…(mais pas que…car dans tous les sports Villeneuvois on a performé) sans oublier le 3/0 du LOSC à Montpellier.

Rien que du bonheur !

Une mention particulière, en ce dimanche 30 avril pour Asnapio, notre parc archéologique, où sous le soleil, se sont plus de 7000 « visiteurs » venus de toutes parts qui s’y sont retrouvés…

Une grande première en ouverture d’une saison où j’ai voulu que, lors de chaque 2éme dimanche du mois, l’entrée soit libre pour tous avec une animation, comme c’est déjà le cas chaque premier dimanche au Musée du Terroir.

Voilà j’en resterai là pour aujourd’hui avec une pensée pour Pierre Béregovoy qui « décida » un jour de 1er mai, c’était en 1993, de « tirer sa révérence » après les coups qui lui furent portés par la bêtise humaine… Il ne fut pas le premier. Il ne sera pas le dernier…

Une pensée aussi pour François Mitterrand à propos duquel j’ai revu le film « Le promeneur du champs de Mars » avec Michel Bouquet, un film qui m’a rappelé ma dernière rencontre avec lui le 10 novembre 1995 rue Frédéric Le Play…

François Mitterrand un homme et « un Président »…qui pouvait à la fois nous dire :

« Je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas »

et déjà rappeler aux gens de gauche, parfois frileux en la matière, que

« les termes modernisations, entreprise, innovations ne sont pas des termes de droite».

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=5216