Carnet du 8 janvier 2010 n°46

Au moment d’entamer l’écriture de mon 46 ème carnet, « pour quelques coquelicots de plus… », s’il n’est plus vraiment utile de m’interroger sur l’intérêt de cet exercice, les 200 lecteurs quotidiens en moyenne étant là pour le démontrer, il m’arrive d’être interrogé sur ma méthode pour réussir à écrire 2 fois par semaine quelques 6 ou 8 pages manuscrites « en petite écriture ».

C’est relativement simple : dès « le bouclage » d’un carnet, je recommence à griffonner de nouvelles idées, notes, citations, informations et réflexions que je mets dans une chemise rouge jusqu’au matin venu où, de très bonne heure, je les étale sur ma table, un bol de café à la main, pour les mettre en ordre  » au son d’une musique » qui souvent m’est venu durant la nuit précédente.

Deux à trois heures plus tard, sans quasiment aucune rature, les pages sont écrites.

La première difficulté est souvent de trouver « la citation d’entame ».

Aujourd’hui, j’en ai deux, une assez simple d’Ingrid BERGMAN :

« le Bonheur c’est d’avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire »

personnellement si je n’ai pas une mauvaise santé, j’ai plutôt une trop bonne mémoire … et pourtant je rêve toujours au Bonheur.

Une deuxième citation sans doute plus ambiguë et aux interprétations possibles différentes :

Elle est une nouvelle fois de mon maître en littérature Albert CAMUS :

« l’espoir, au contraire de ce que l’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre ce n’est pas se résigner » (Extrait de Noce).

Est-ce à dire qu’il ne faut pas espérer ?

Certes non …

mais comme on le dit souvent en d’autres termes « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer » et là, oui, je m’y retrouve et je retrouve mes plus de 45 ans de vie militante !

Qu’ai-je donc ce matin sur mes petits morceaux de papier en dehors de mes premières notes sur le thème du courage qui va structurer mon discours de dimanche ?

  • Le décès de Philippe SEGUIN, un grand bonhomme que j’avais connu au 2ème tour des municipales de 1983 avec Patrick Poivre d’Arvor pour un débat entre 2 jeunes maires l’un de droite, c’était lui, un de gauche, c’était moi.
    Brulé au 3ème degré 5 semaines avant de par un accident domestique, la poignée de main de fer de PPDA m’avait fait éclater des cicatrices à peine refermées m’obligeant à débattre d’une seule main, ce qui n’était déjà pas dans mon tempérament.
    Depuis, Philippe SEGUIN avait pris du poids et j’admirais son courage dans ses fonctions à la Cour des Comptes… car il en fallait pour « dire le droit » à son leader UMP ci-devant Président de la République.

    Il ne manquera donc pas de « larmes de crocodile » autour de sa dépouille.

  • J’ai aimé aussi le discours de François BAYROU : « la France, le pays des visages dévoilés » qui tranche avec les contorsions du porte-parole du PS en la matière : « on est contre la burka mais aussi contre son interdiction ».
  • Les larmes discrètes de Mehdi BALA recevant enfin « sa » médaille de bronze tellement méritée, un an et demi après les jeux de Pekin, m’ont ému  Bravo Mehdi et merci pour ta leçon de courage, une leçon, particulièrement utile pour tous ces jeunes qui désespèrent trop vite dans nos quartiers.
  • Le rejet par le Conseil Constitutionnel de la loi portant création d’une taxe carbone : un autre acte de courage de membres UMP s’opposant à une farce présidentielle prétendant taper haut et fort au nom de l’écologie tout en exonérant les gros pollueurs.
  • Le discours des vœux présidentiels de Cholet, un discours non dénué de talent, sorte avertissement au PS et à la gauche qui auraient tort de croire qu’ils pourraient battre N. Sarkozy en 2012 uniquement en s’appuyant sur les déçus et mécontents.
    Le moment venu, les citoyens choisiront un homme ou une femme portant un projet avec énergie et conviction et cela même s’ils n’en partagent pas tous les aspects.
– Plus près de nous, Rassemblement Citoyen, le mouvement dont j’ai repris la présidence.

Près de 1000 adhérents fin 2009, plus de 300 cotisations 2010 déjà reprises le 6 janvier,

Une décision prise de sortir de notre cocon et de nous faire reconnaître par le monde politique pour ce que nous sommes…

On est sur la bonne voie !

  • Villeneuve toujours qui affiche une santé économique notable en cette période de crise.
    Dans la métropole, des chiffres se profilent qui indiquent que le secteur de Villeneuve d’Ascq pèse pour 37% du marché des bureaux de seconde main et 39% pour le neuf.
    Malheureusement aussi le chômage s’aggrave et surtout l’Etat UMP se désengage des mesures pour y faire face en retirant des moyens et des espoirs aux chômeurs avec, derrière, un département qui ne suit pas et donc des structures locales, Maison de l’emploi, PLIE, Mission locale qui plongent toutes dans le rouge !
    Arrêtez le massacre mesdames et messieurs les décideurs ! Le désespoir est là, juste derrière la porte… et bientôt il sera trop tard.
  • Villeneuve d’Ascq encore, mais là c’est pour sourire :
    La jeune garde UMP déclare vouloir regarder l’avenir de notre ville et pour cela elle invite le premier directeur de l’EPALE Jacques Ralitte, la tête de turc du Président de l’EPALE Arthur NOTEBART, celui que ce dernier accusait d’avoir imposé la saignée autoroutière à notre Ville, celui que je n’ai même pas directement connu… J’étais alors trop jeune !
    Elle n’est pas belle de fraicheur notre UMP locale ?
On ne dira que ce n’est pas si grave et que ce n’est qu’un épiphénomène… Sans doute, mais cela ne contribuera pas à relever un débat politique où à défaut d’idées et d’arguments mes adversaires de droite UMP multiplient les petites manœuvres et les impolitesses.

Je terminerai le carnet de ce jour dont certains trouveront peut être qu’il fait un peu désordre par 3 citations :

Une un peu humoristique en cette période de vœux et de « bonnes résolutions »

« les résolutions sont comme les anguilles, on les prend aisément. Le diable est de bien les tenir » Alexandre DUMAS fils (pour en avoir pris d’importantes dans ma vie, je mesure déjà les difficultés).

Une deuxième de BOUDHA

« Si tu ne trouve pas d’ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant,…. marche seul…. comme un éléphant dans la forêt ».

Avec une troisième qui figurera sans doute aussi dans mon discours de vœux.

Elle est de François Mitterrand dans sa « part de vérité ».

« l’action politique, à certaines heures, est comme le scalpel du chirurgien, elle ne laisse pas de place à l’incertitude »

et sur ce plan là, je l’avoue, en 2010, je reste « un vrai politique »

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=381