Carnet n° 319 du 13 octobre 2014

« Bref, ils m’énervent »

Oui, je l’avoue, ils m’énervent celles et ceux qui, ici et là, à droite comme à gauche, sans oublier certains commentateurs « avertis » scrutent mes écrits et mes déclarations pour en conclure qu’un jour je me rapproche des uns, puis des autres, avant d’y revenir ou de m’en éloigner voire « d’aller ailleurs ».

Ils ont tout faux ! Ils sont tellement obsédés par leurs carrières qui les obligent à chercher la bonne case, à l’intérieur du PS comme de l’UMP, dans la bonne écurie chez les Verts ou sur le bon versant du Front de Gauche, qu’ils ne peuvent admettre que je sois un homme libre soutenu par un mouvement libre, Rassemblement Citoyen (ce que nous avons réaffirmé ce mercredi 8 octobre en Assemblée Générale devant plus de 150 militants).

Il est sûr que si je m’étais conduit comme eux durant les décennies de ma vie publique et politique, j’aurais pu atteindre certains sommets dans un confort et avec des protections rassurantes,

mais je n’ai jamais été ainsi, même du temps de François Mitterrand pour lequel j’avais pourtant de l’admiration et du respect.

Ce n’est donc pas pour m’y laisser glisser au temps de François Hollande.

Bref, ils m’énervent, ces « gardes rouges » et carriéristes partisans qui, ici à Villeneuve d’Ascq, critiquent avec hargne ce que leurs amis font ailleurs : budgets, impôts, sécurité, rythmes scolaires (j’en passe et des meilleurs), qui « font des mamours » à nos agents communaux dont ils dénoncent le poids budgétaire à chaque occasion et dont ils voudraient voir leur rémunérations diminuer de plus de 15 % en soutenant les propositions conjointes, pour 2017, de messieurs Juppé, Fillion et Sarkozy qui, tous les 3, leur promettent 39h payées 35 et 5 ans de plus pour avoir une retraite à taux plein…

Oui ils m’énervent quand ils dénoncent les baisses de dotations de l’État alors que leur amis les aggraveront en les multipliant par 2 ou 3 dès « leur retour aux affaires »…

J’ajoute que ces mesures, d’ores et déjà annoncées, seront non seulement plus cruelles pour les plus fragiles et les plus modestes que celles de l’équipe Hollande mais elles seront tout aussi irréalistes et tout aussi inefficaces.

Un seul exemple : pour faire fonctionner une crèche ou une école comment peut-on réduire le nombre d’agents en augmentant le temps de chacun(e) de 4 heures et en les faisant travailler jusqu’à 65 ans ?

Ces messieurs-dames ignorent la réalité des tâches, du travail, de leurs pénibilités et de leurs contraintes.

Bref, ils m’énervent !

Pas étonnant qu’ils nous donnent tous un spectacle de cacophonie assourdissante au PS, chez les Verts et à l’UMP, où les minoritaires qu’ils sont tous se voient obligés « d’en rajouter » pour exister… Le tout sous le regard du FN et de son égérie « par l’odeur alléchée ».

Quand on lit les sondages d’opinion, les cotes de François Hollande et l’avis des Français sur le retour de Nicolas Sarkozy, qu’on voit l’impossibilité de prendre des décisions courageuses sous peine de blocages ou de jacqueries, on se dit qu’il faudra sûrement retourner aux urnes pour redonner de l’air à la France soit avant, soit après, « les raclées » annoncées pour le pouvoir aujourd’hui en place aux cantonales et aux régionales de 2015.

Quand j’entends enfin les commentateurs économiques parler avec délice des reprises à 1% des croissances en Grèce et en Espagne en fermant les yeux sur les récessions de près de 10%, les misères aggravées des plus miséreux, les suicides par désespoir et l’enrichissement des riches,

bref, eux aussi et plus encore, ils m’énervent…

On me demandera, à ce stade, quelles solutions je propose ?

Ah si je les avais….

Mais, au moins, je sais qu’elles ne passent pas par des surenchères et des divisions mais par du rassemblement, du bon sens et davantage de justice.

C’est ce qui, à notre très modeste niveau, caractérise Rassemblement Citoyen et ce qui explique pourquoi je ne serai « le porteur de bidons » de personne !

Je l’ai dis et je le répète, dans le temps qui me reste, je n’ai qu’un moteur « l’utilité » avec en tête cette pensée de Léonard de Vinci :

« Aux ambitieux qui ne se contentent pas du bénéfice de la vie ni de la beauté du monde,

il est imposé pour châtiment qu’ils ne comprennent pas la vie et restent insensibles à l’utilité et à la beauté de l’Univers ».

Elle m’est revenue, cette citation, ce week-end (après « une semaine d’enfer » sur les dossiers Villeneuvois et ceux de LMCU) lors de la cérémonie de départs en retraite d’agents communaux, lors d’une plongée dans le Moyen Age au Musée de Plein Air, celle d’une « relecture » du Roman de Renard à Asnapio et surtout des journées de l’astronomie à la ferme du Héron.

Qu’est ce que l’Homme dans l’univers ? Un rien et un tout à la fois entre le chaos et la vie qu’il génère.

J’aurais pu aujourd’hui revenir sur la « nouvelle guerre de 100 ans » de l’islamisme radical, le virus Ebola nouveau Sida, (mais sans protection possible), les effets du dérèglement climatique déjà visibles ici et là dans le sud de la France, et face à ces réalités, une capitulation en rase campagne devant les transporteurs routiers, une pub éhontée des notaires qui, à coup de dizaines de millions d’euros, polluent nos écrans,

sauf que tout ceci n’est que la conséquence du reste :

  • de l’incapacité des pouvoirs d’état à assumer leurs obligations dans un réseau de contraintes destructrices que les réseaux internet n’arrêtent pas d’amplifier

  • et des faiblesses de celles et ceux qui sont chargés de les assumer (ou qui voudraient les assumer),

somme toute, de celles et ceux dont j’ai dit en grinçant, (mais sans perdre mon calme), que « bref, il m’énervent » !

Je conclurai ce 319ème carnet du 13 octobre 2014 par ces mots de Jean Paul Sartre :

« Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est ».

(A méditer sans modération)

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=3808