AUBRY MARTINE

Lorsque j’ai lu il y a quelques années, le pamphlet intitulé « La dame des 35 heures », j’ai pensé comme beaucoup, que les coups portés contre Martine AUBRY étaient trop durs et très injustes… J’avais même rédigé un communiqué pour m’associer à l’indignation de ses amis.

 

Finalement, avec le recul et après une relecture récente, je me dis que, certes, la forme de l’ouvrage est peu digne et très caricaturale, mais, si Martine n’était pas un peu telle que décrite, elle aurait déjà disparu du petit monde politique socialiste nordiste, un monde égocentrique, brutal et machiste.

 

Après sa cruelle défaite aux législatives de 2002, il lui appartiendra de prouver en 2007 qu’elle sait rebondir.

 

Elle ne pourra d’ailleurs pour ce faire, compter que sur elle, seule, face aux électeurs…

La question est très crûment posée : Sera-t-elle finalement, à Lille, un maire de transition comme c’est souvent le cas après des maires qui se sont identifiés à leur ville, ou bien aura-t-elle réussi à relooker Lille à son image ?

 

Autour d’elle, les paris sont d’ores et déjà ouverts pour 2008, y compris, sinon surtout, dans son propre camp.

 

On nous dit enfin qu’elle cherche une circonscription nouvelle pour 2007.

 

Ici aussi, les paris sont ouverts, et j’en connais, ici ou là, qui commencent à s’inquiéter et qui n’hésiteront devant rien pour conserver ce qu’ils considèrent comme étant leur place.

 

Pour en avoir parlé avec lui le 10 novembre 1995 je sais que, là où il est, François Mitterrand sera sûrement un observateur attentif des choix qu’elle va faire et des résultats qu’elle obtiendra.

 

Je lui souhaite, très sincèrement, bonne chance.

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=1036