Carnet n°640 du 28 décembre 2020

« Adieu 2020… et sans regret ! »

Noël 2020 est passé et le Réveillon du Nouvel An 2021 « se prépare en cuisine » 

Avec ces deux moments traditionnellement fêtés, pour l’un, le Nouvel An, sur toute la planète et pour l’autre, Noël, sinon fêté partout…, au moins connu de tous, 

une année s’achève aujourd’hui sans doute « la pire vécue » depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

C’est donc sans regret que l’on peut dire  « Adieu 2020 ! »

   J’aurais pu longuement, en ce 28 décembre, faire un bilan de cette année qui se termine, 

redire nos angoisses d’hier et celles pour demain,

dénoncer avec une froide colère les responsabilités des uns et des autres pour ce qui concerne les erreurs de  gestion de l’épidémie du COVID-19,

rappeler l’irresponsabilité de certains dirigeants dont on dit qu’ils « comptent » sur la planète,

parler du « triste sire », Donald Trump, 

du Brexit et de ses conséquences lamentables, 

du terrorisme islamiste et de ses horreurs, 

réécrire les déclarations contradictoires de l’OMS, « Organisation Mondiale de la Santé », qui après avoir nié au départ, sinon ignoré, la gravité de la crise du coronavirus nous en annonce maintenant beaucoup d’autres pour les mois et les années à venir…

   J’ai plutôt décidé de parler de Noël et de ces jours qui le séparent d’une nouvelle année comme « un temps de sérénité  », un moment de Paix après une année certes désastreuse et avant une autre qui ne s’annonce pas particulièrement meilleure,

comme d’une trêve en quelque sorte, 

à l’image de celle de Noël 1914 en pleine première guerre mondiale entre des soldats ennemis , 

à l’image d’une fête aux origines encore incertaines, Noël n’étant devenue chrétienne que vers 330 après J.C. le 25 décembre, jour jusqu’alors de fête païenne romaine la fête de « Sol Invictus » (fête du « Soleil invincible »)…, 

sans oublier « la trêve des confiseurs », souvent citée… , 

voire même « la trêve de Dieu » au Moyen Âge…

C’est peut-être finalement cela ce que l’on appelle « le Miracle de Noël »… 

Alors pourquoi pas ?

On aura en effet bien le temps, dans une semaine et plus, de faire des bilans et des projets.

   En attendant entre Noel et Nouvel An , voilà bien « un couvre-feu » que l’on peut ou que l’on pourrait apprécier s’il n’y avait pas toutes ces « télés à jets continus » et ces « défouloirs sur Internet » où se déchaînent des « barbus » de toutes tailles et de toutes couleurs… , avec ou sans barbe d’ailleurs ,car seules comptent les « formules assassines » qui justifient leurs venues « en plateaux » et sur les réseaux… improprement dénommés « citoyens »…

   C’est une maladie politicienne qui a gagné certains autres milieux , une maladie qui n’aura jamais de vaccin et dont le seul médicament est ,pour les politiques , son aboutissement en termes d’échecs électoraux ,le reste étant du domaine de la bêtise humaine dont A. Einstein a dit l’infinité…

    C’est une maladie « dont j’ai toujours été immunisé » et j’en suis heureux même si, contrairement à beaucoup de « politiques », cela m’a valu de rester dans l’ombre pour y faire tout simplement mon travail dans la défense de ma ville, de mes concitoyens, de mes valeurs humaines et Républicaines de Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité., ce que je ne regrette vraiment pas.

   J’apprécie donc la trêve de Noël en parcourant ma ville, en y faisant des photos d’illuminations et de crèches (symbole pour moi de « l’enfant roi » qu’on a été ou qu’on devrait toujours être au début de sa vie).

Il est une citation  que j’aime et qui nous le rappelle :

« Il y a 4 âges dans la vie de l’Homme: 

Celui où il croit au Père Noël. Celui où il ne croit plus au Père Noël. Celui où il est le Père Noël. Celui enfin où il ressemble au Père Noël. »

Arrivant personnellement à ce quatrième âge et même s’il me manque  la barbe blanche et le manteau rouge ,

ce n’est pas grave… l’important dans la vie étant si bien énoncé par l’Abbé Pierre quand il nous dit encore de là où il est :

« Nous sommes tous ensemble responsables, responsables de nous-mêmes et responsables les uns des autres : c’est cela la grandeur d’être Homme ! »

  Avec pour conclure mon 640 -ème carnet les belles images retrouvées d’un film de 2004 « Pôle express », des retrouvailles de films heureux et tendres (comme Mary Poppins ) qui sont une douce conséquence d’un « confinement » qui certes ne dit plus son nom et qui nous fait retrouver finalement le goût des plaisirs simples, chauds et sucrés, 

un film d’animation où un jeune garçon qui se met à douter du Père Noël monte dans un train mystérieux pour le Pôle Nord et à mesure que le Pôle Express s’enfonce dans des contrés enchantées, l’aventure étant au rendez-vous , les jeunes passagers du train prennent conscience de l’étendue de leurs dons dans le mystère de Noël, du Père Noël et de ses équipages faits d’elfes, de son traineaux et de ses 9 rennes…

                                        À l’année prochaine cher(e)s lectrices et lecteurs de mes carnets !

Sans regret de quitter 2020… mais quand même…,

on a aussi en 2020 heureusement vécu de bons moments et on a sans doute commencé à apprendre à vivre autrement.

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=8060