Discours prononcé place Jean Moulin à l’occasion de la Journée Nationale de la Résistance du 27 mai 2019

Mesdames et Messieurs les Représentants des Anciens Combattants,

Messieurs les Porte-Drapeaux,

Mesdames et Messieurs les Élus Municipaux, Métropolitains, Départementaux et Régionaux,

Mesdames et Messieurs les représentants des Corps Constitués,

Mesdames, Messieurs les représentants du Monde Associatif, des conseils de quartier, du conseil des jeunes,

Mesdames, Messieurs, mes chers concitoyens,

C’est, je le rappelle chaque année depuis 2014, une loi du 19 juillet 2013 qui a, il y a donc près de 6 ans, instauré une Journée Nationale de la Résistance le 27 mai de chaque année.

Cette date, rappelons-le sans cesse, est Un Symbole d’Union qui fait écho à la première réunion du Conseil National de la Résistance, qui s’était déroulé le 27 mai 1943, il y a donc 76 ans, sous la Présidence du Délégué du Général de Gaulle, Jean Moulin, qui souhaitait unifier les mouvements de Résistance.

C’est ainsi que s’unirent au sein du Conseil National de la Résistance les représentants des mouvements de résistance, des syndicats d’avant guerre, ainsi que des principaux partis politiques de la 3ème République. On mesure la dimension de l’évènement, il y a 76 ans, en l’année 1943, en pleine guerre, au sein d’un Paris occupé.

En retenant cette date du 27 mai pour en faire la Journée Nationale de la Résistance, il s’agissait pour le législateur, et donc maintenant pour nous tous, de rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui surent résister  à l’oppression nazie et à ses complices du régime de Vichy.

Il s’agit, aujourd’hui et maintenant, et ce, chaque année, de rappeler l’héroïsme de ces résistantes et de ces résistants en redisant avec force aux générations actuelles qui ont trop souvent « la mémoire courte » ce qui a conduit notre pays à devoir en arriver là pour reconquérir une Liberté que nous avions perdu.

Il s’agit enfin de ne pas oublier les idées nauséabondes et leurs porteurs, acteurs et complices, qui ont jeté l’Europe dans un gouffre fétide au milieu du 20ème siècle avant de laisser notre continent le 8 mai 1945, il y a 74 ans, dans un complet état de ruines et de douleurs.

A l’heure où certain(e)s semblent l’avoir oublié en France et en Europe, ou pire, voudraient insidieusement nous les faire oublier, il est de notre Devoir de rappeler les sacrifices des Résistants grâce à qui nous sommes là aujourd’hui.

En cette année 2019, année du 74 ème anniversaire de la capitulation nazie et de l’ouverture des camps de de la mort que nous avons commémoré, ici même, le 28 avril dernier,

merci à vous qui avez voulu manifester et marquer par votre présence ici Place Jean Moulin l’importance que vous accordez à notre mémoire collective Républicaine, à l’heure où l’oubli que l’on sent dans trop de pays européens pourrait un jour nous condamner à revivre un passé qu’on avait pu croire à jamais disparu.

Alors ensemble, Mesdames, Messieurs, mes chers concitoyens avec en mémoire ces mots de Lucie Aubrac « le verbe Résister doit toujours se conjuguer au présent »,

oui ensemble, tous ensemble, disons le une fois encore : la République est la propriété de tous les vrais Républicains unis sur des valeurs qui transcendent nos légitimes différences.

Disons le une fois encore,

en hommage aux Résistants  et à la Résistance !

Vive la Démocratie !

Vive la Liberté !

Vive la République !

Vive l’Europe !

Et Vive la France.

Gérard Caudron

le 27 mai 2019

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=7091