Mon intervention lors de la cérémonie des voeux aux villeneuvois

Dimanche 13 janvier 2019
Hôtel de Ville de Villeneuve d’Ascq
Cérémonie des Vœux

 

Mesdames et Messieurs les membres des Corps Constitués qui représentez nos grandes Administrations Nationales, Régionales et Locales, dont bien sûr, celles de Villeneuve d’Ascq,

Mesdames et Messieurs les représentantes et les représentants des structures qui se dévouent dans des conditions toujours plus difficiles, à tous les niveaux, pour assurer notre sécurité, membres de la Police Nationale, de la Gendarmerie, de nos Armées, de la Police Municipale, de notre sécurité voirie, des Sapeurs Pompiers, des secouristes, sans oublier, bien entendu, toutes les structures de prévention et d’éducation spécialisée,

Mesdames et Messieurs les représentantes et les représentants de notre vie associative, riche d’activités et de militantisme, une Vie Associative qui constitue à Villeneuve d’Ascq une partie majeure de ce que nous appelons notre différence, une différence qui fait notre force,

Mesdames et Messieurs les représentantes et les représentants du monde de l’Education, des Grandes Ecoles et de l’Université, de la Recherche, de la Santé, de la vie Economique et Commerciale, du monde Sportif, de la Culture et de celui de l’action sociale sous toutes ses formes et dans tous les aspects de la vie,

Mesdames et Messieurs les élus des communes voisines, de la Métropole Europenne de Lille, du Conseil Départemental, du Conseil Régional et  de notre Conseil Municipal,

Monsieur le Président de la MEL, cher Damien Castelain qui nous fait, une nouvelle fois, l’honneur de sa présence,

Monsieur le Général de la gendarmerie Guy Cazenave, Messieurs les Commissaires et Commandants, Messieurs les Maires et élus honoraires, Messieurs les Sénateurs Kanner et Marchand, Messieurs les Consuls, Monsieur le Représentant de l’ordre de la Légion d’Honneur, Monsieur le député de la 2ème circonscription Hugo Bernalicis,

Madame Linkenheld,

Mesdames et Messieurs les Conseillers de Quartiers et les Conseillers du Conseil des Jeunes,

Mesdames et Messieurs les anciens élus,

Mesdames, Messieurs, Mes chers concitoyens et pour beaucoup, mes chers amis,

Nous voici donc à nouveau réunis en ce dimanche 13 janvier 2019 à l’Hôtel de Ville de Villeneuve d’Ascq pour une cérémonie que j’aime à qualifier de traditionnelle, d’amicale et de conviviale,

un moment annuel important dans notre calendrier Républicain pour nous rappeler les actions de l’année écoulée et l’occasion de se projeter dans l’année qui vient de commencer,

un moment enfin, et surtout, où je nous souhaite, en ces temps particulièrement difficiles, incertains et porteurs de véritables dangers, l’énergie, la force, l’enthousiasme et une capacité d’espérance, des qualités indispensables pour réussir à transformer nos vœux en réalités.

On m’autorisera à commencer mon discours d’aujourd’hui en vous disant très simplement, mais avec émotion, que ce discours de vœux, en ce 13 janvier 2019, a pour moi un goût « particulier »…

Non seulement, si je compte bien, c’est mon 35 ème discours de vœux en tant que Maire à l’ensemble de mes concitoyens depuis notre Hôtel de Ville, mais c’est aussi, en ce 13 janvier 2019, un discours encadré par celui du 14 janvier 2018 et celui, à venir, du 12 janvier 2020,

Celui du 14 janvier 2018 aurait d’ailleurs pu faire l’objet d’une lecture posthume vu mon grave et brutal problème de santé deux jours auparavant. Heureusement ma première adjointe, Maryvonne Girard, l’avait lu avec talent en pensant que j’étais simplement cloué au lit avec une bonne grippe.

Le prochain discours de vœux, le 36 ème, que je prononcerai le dimanche 12 janvier 2020 sera peut être, ou peut-être pas, mon dernier sachant que de toutes manières, par rapport à ceux de 2018 et 2019, il sera nécessairement « édulcoré » pour respecter les règles qui s’imposent en campagne électorale.

On comprendra donc mon émotion entre deux moments de « sorties possibles » en 2018 et en 2020 :

une première sortie en 2018 que j’ai pu éviter,

et une deuxième sortie  possible à venir en 2020, une sortie que je n’ai pas, à ce jour, décidé d’emprunter mais dont je peux déjà lire les « panneaux indicateurs »…, ce que je ne suis d’ailleurs sûrement pas le seul à faire … y compris ce matin dans cette salle.

Aujourd’hui donc, Mesdames, Messieurs, mes chers amis et pour en terminer avec ce qui concerne les sentiments qu’éprouve l’être humain que je suis,

je vous confirme que je suis complètement remis de mon problème de santé passé, que je suis bien dans ma peau et n’en doutez pas, je suis en pleine forme…. !

…une chance que n’ont malheureusement pas eu beaucoup de nos ami(e)s dont la dernière, notre collègue Martine Carette

Vous ne manquerez pas d’ailleurs de retrouver sur ma carte de vœux 2019 que je dois aux talents conjugués de Marc Livoy et de Dominique Furne un certain regard que je porte sur ma vie depuis son origine jusqu’à son horizon céleste… via un arc en ciel.

En tant que Maire de Villeneuve d’Ascq maintenant, certains s’en souviennent sûrement, j’avais écrit, il y a un an, que les maîtres-mots de mon engagement et de l’action municipale étaient au nombre de trois : ambition, rigueur et diversité.

L’année 2018 s’est pleinement inscrite dans ces  maîtres-mots. Je l’évoquerai à travers quelques unes de nos interventions les plus marquantes.

Je vous avais également promis de la densité et du rythme. Je pense sincèrement que, là également, nous avons tenu cette promesse.

Ainsi, 2018 a vu… notamment :

  • la construction d’un nouveau groupe scolaire dans le quartier Pont de Bois, quartier qui, fera l’objet en 2019 et 2020 d’un réaménagement des espaces publics, du square Brassens au Lycée Queneau en passant par la place Léon Blum
  • la rénovation complète de la salle Pierre Mendès France avec une qualité architecturale qui en fait un nouveau repère et un bel exemple de nos équipements rénovés
  • celle de l’église Saint Pierre d’Ascq, après celle de Saint Sébastien et avant celle de Saint Pierre du Bourg
  • la construction d’un bel ensemble de vestiaires et d’un club house au stade Théry

 

2019, verra… notamment :

  • la pose de la 1ère pierre de l’Astropole, un équipement qui sera un outil permettant de faire découvrir l’astronomie aux Villeneuvois jeunes et moins jeunes en lien avec le CARL, ses talents et passion, que nous connaissons bien
  • le réaménagement du Palacium, une salle qu’on ne présente plus.
  • la construction d’un nouveau Centre Social dans le quartier Hôtel de Ville qui remplacera l’actuel et qui sera la première grande réalisation de « Grand Angle »
  • la rénovation-extension des vestiaires de l’US Ascq
  • la mise en œuvre de la procédure pour la rénovation complète et la modernisation de la Rose des Vents avant des travaux importants qui commenceront en 2020.

 

Et, en cet instant, pour 2019, je ne saurais passer sous silence, le 75 ème anniversaire du Massacre d’Ascq, le dimanche 14 avril 2019, qui prendra une dimension particulière à l’heure des résurgences d’idées et comportements infâmes qui, au 20 ème siècle, avaient conduit un peu partout en Europe à de telles horreurs.

oo-O-oo

 

Bien sûr, je ne peux, maintenant à ce stade de mon discours en terme de présent et d’avenir pour Villeneuve d’Ascq,  manquer de vous parler de « Grand Angle » un projet d’ambition métropolitaine s’il en est, qui vise à doter Villeneuve d’Ascq d’un grand Centre Ville du 21 ème siècle.

Ce projet qui a démarré en 2018 s’étalera sur cinq à six années et donc jusqu’à la moitié du prochain mandat municipal dont il sera donc un élément essentiel.

« Grand Angle », je le rappelle, ce sont des bureaux et de nouveaux logements, des commerces complémentaires, un nouveau Centre social, une entrée Nord architecturalement forte avec l’immeuble Open-R.

« Grand Angle » ce sont aussi des liaisons douces partagées, des espaces publics confortables,  une restructuration du Forum Vert et « Une Maison des Citoyens » qui remplacera l’Hôtel de Ville actuel.

On le voit, avec des racines solidement ancrées dans son passé, notre ville avec tous ces travaux et projets passés, présents et à venir, est aujourd’hui une ville particulièrement attractive et rayonnante.

Pour cela elle doit être aussi une ville sûre et nous avons donc mis en place en 2018 notre système de vidéoprotection avec des caméras réparties sur tout le territoire et dont une nouvelle tranche sera déployée en 2019 pour accentuer le maillage de l’espace public.

Ce dispositif a été et continuera d’être complété par le renforcement de nos équipes de policiers municipaux et d’agents de surveillance de la voirie publique dont les équipements de protection individuelle seront encore renforcés  d’ici fin 2019.

Permettez-moi, à ce stade, de faire une « parenthèse » nécessaire pour ce qui est du cadrage financier de notre commune.

Rappelons, en effet, que Villeneuve d’Ascq a dû  signer avec l’Etat un contrat qui prévoit pour notre collectivité une hausse pour 2018 limitée à 1,1% de ses dépenses de fonctionnement de l’année 2017, inflation comprise.

Si l’année 2018 devrait permettre à notre collectivité de « dépasser » son engagement en réalisant un niveau de dépenses encore inférieur à celui « autorisé », grâce à nos efforts conjugués, ce dépassement de l’objectif fixé n’implique pas pour autant que les choses soient aisées.

C’est pourquoi, je me permets de soumettre une demande à l’État qui serait d’autoriser toutes  les collectivités ayant réalisé mieux que les objectifs fixés, de pouvoir reporter sur l’année suivante, des économies réalisées.

Ce serait à la fois logique et nécessaire :

vu le contexte compliqué que l’on vit aujourd’hui qui n’était pas celui que l’on connaissait lors de contractualisation entre l’Etat et les communes,

vu la décision de l’Etat de revenir vers les communes pour ouvrir des cahiers de doléances dans le cadre du Débat National qu’il a décidé, pour « essayer » de sortir de la crise actuelle.

et j’ajouterai, vu la nécessité pour l’État de recoudre les liens entre les citoyens et leurs institutions qui le conduit à faire appel aux Maires, reconnaissant ainsi enfin le rôle majeur joué auprès des citoyens par les élus locaux que nous sommes, un rôle et une proximité citoyenne que les sondages nous reconnaissent encore.

Un tel geste serait de bon aloi. Il ne coûterait rien à l’Etat, tout en donnant un peu d’oxygène aux collectivités locales.

A ce stade d’ailleurs, j’indique qu’un Cahier de Doléances est ouvert et je vous invite à y inscrire vos doléances, idées et propositions à l’attention du Président de la République. J’y inscrirai d’ailleurs les miennes en tant que Maire et aussi en tant que citoyen.

Oui, Mesdames et Messieurs, personne ne peut le nier, malgré la dureté des temps, notre ville est une ville attractive avec des capacités d’innovation, un cadre de vie et un environnement d’une qualité rare qu’il nous faut préserver.

C’est cette réalité et cette volonté pour l’avenir qui nous a fait nous inscrire dans « l’Appel à Projet Lille Métropole – Capitale mondiale du design 2020 » avec trois propositions :

  • un Centre Ville du 21 ème siècle, une démarche quasiment unique en France,
  • une rénovation et une mise aux normes d’équipements et de logements datant des années 1970 et 1980 pour les adapter à l’image architecturale et aux usages du 21 ème siècle,
  • et enfin, après la préservation d’un foncier public agricole de près de 300 hectares, le développement en ville d’agricultures et de cultures saisonnières de proximité, dans notre ville qu’on peut qualifier de « Ville nature », un qualitatif au nom duquel tout sera fait pour rester à la pointe de l’innovation dans le domaine du développement durable

 

Notre attractivité, c’est aussi et encore, en matière sportive, la présence du Grand Stade qui a accueilli, outre les matches du LOSC, des évènements nationaux, européens et mondiaux  sportifs en Tennis, Rugby et Volley Ball, avec, prévue en 2019, la finale de la Coupe de la Ligue de Football

Notre attractivité c’est encore et toujours, en matière culturelle et festive, entre autres, le North Summer Festival et le concert de l’emblématique Roger Waters, sans oublier le rayonnement du LAM qui va connaître en 2019 un grand événement autour de Giacometti, tandis que le Grand Stade Pierre Mauroy accueillera les concerts d’Elton John et de Soprano.

Notre attractivité c’est plus que jamais le succès de nos parcs d’activités et la densité du tissu économique Villeneuvois, à la fois riche et varié :

  • avec des milliers d’entreprises de toutes tailles représentant plus de 55 000 emplois
  • avec plus de 700 commerces représentant plus de 10 000 emplois
  • avec une cinquantaine de commerçants non sédentaires qui animent nos deux marchés d’Annappes, celui d’Ascq, et celui de Flers Bourg
  • et avec 23 zones et parcs d’activités, dont la Haute Borne qui concourent à nous placer dans le Top 2 du développement économique de la MEL

Notre attractivité c’est, je le redis comme chaque année, le fruit du rayonnement et de l’attractivité de nos Grandes Ecoles, de notre Université, de nos laboratoires avec des milliers d’enseignants-chercheurs et les dizaines de milliers d’étudiants qui y travaillent.

Notre attractivité c’est également le résultat d’un soutien sans faille au monde associatif dont je remercie à nouveau tous les bénévoles dans plus de 700 associations et organismes dont plus de 400 bénéficient de subventions et d’aides supplétives en terme de prêts de locaux, de matériels…

L’attractivité de notre territoire c’est encore et toujours…, voire de plus en plus, une activité foncière et immobilière  toujours plus intense où les investisseurs se disputent la chance de réaliser des opérations chez nous.

Ces chiffres, aussi rébarbatifs qu’ils soient, illustrent tous une attractivité qui prouve « qu’il fait bon vivre à Villeneuve d’Ascq »… même si je n’ignore pas les difficultés dans le monde d’aujourd’hui que vivent un trop grand nombre de citoyens dont j’entends les désespoirs et les colères et que « les princes qui nous gouvernent feraient bien d’écouter » … sous peine de …..

Quant aux promoteurs qui, du fait de cette attractivité, nous pressent de projets, je leur redis que je souhaite pour Villeneuve d’Ascq une densité maîtrisée et une diversité de produits et services pour répondre à un maximum de besoins des Villeneuvois.

Tout projet important qui m’est soumis doit donc impérativement être présenté à nos Conseils de Quartiers et aux riverains concernés car il est essentiel qu’un dialogue s’instaure entre les promoteurs, les Conseils de Quartiers, les riverains, et bien sûr les élus dont le Maire que je suis.

2018 fut d’ailleurs l’année qui a vu le renouvellement de nos Conseillers de Quartiers et j’entends les associer encore plus étroitement à nos réflexions sans oublier d’écouter les réflexions de notre Conseil de Jeunes dont les remarques ne peuvent qu’être stimulantes et celles de tous les citoyens qui s’expriment par toutes les formes d’informations et de concertations possibles que facilitent les nouveaux outils internet, de nouvelles techniques et de nouvelles voies qui seront au cœur du prochain mandat municipal.

J’ai lu quelque part, il y a quelques jours, des propositions pour « transformer Villeneuve d’Ascq en  Ville intelligente ».

Au-delà de l’aspect « plaisanterie » de cette injonction et de ma « fausse-vraie » surprise, je sais et je comprends bien que l’on parle ainsi de villes connectées et de smart citys faisant dialoguer, au travers de la technologie numérique, les usagers, tous les autres acteurs, voire les objets…

Mais n’est-ce pas ce qui se fait à Villeneuve d’Ascq depuis des décennies ?

Ne vient-on pas aussi d’inaugurer une navette autonome sur la Cité Scientifique où était né notre métro automatique, une navette qui va n’en doutons pas révolutionner le transport collectif dans nos villes et donc à Villeneuve d’Ascq.

Ne va-t-on pas assister très prochainement à la naissance de ce qui sera un éco-quartier avec la Maillerie au Breucq ?

Alors je le redis avec un rien de malice, Villeneuve d’Ascq, au-delà du fait qu’elle a toujours été le parfait laboratoire pour développer les expériences de ville-nature, de ville verte, de ville de « l’écologie au quotidien », de ville connectée, n’a pas besoin d’être transformée en « ville intelligente » pour être intelligente, car son intelligence est d’abord, et déjà, humaine et citoyenne.

Il nous suffit maintenant de nous attacher à préserver et à cultiver cette différence qui est la nôtre pour, dans les deux, trois et cinq prochaines années, rester « en tête de peloton » à la MEL et bien au delà…

Mes services m’ont d’ailleurs déjà « dessiné » un programme d’investissements jusque 2023. Vous comprendrez, donc qu’il nous reste et peut être qu’il me reste… beaucoup, beaucoup, beaucoup à faire !…

J’arrête là une liste, bien sûr, loin d’être limitative, car nos projets impactent et concernent tous nos quartiers et tous nos concitoyens en investissements, en mode de gouvernance et en services publics mais elle finirait, si je n’y prenais garde, par ressembler, ce qu’elle n’est pas je vous le jure, « à un projet électoral »…

Bien entendu, je le dis et je le répète avec fierté :

Tout cela n’est rendu possible que grâce à notre gestion rigoureuse et à la parfaite maîtrise de nos dépenses de fonctionnement par les élus et par nos cadres, nos agents et nos services :

Cette gestion rigoureuse a permis de dégager des excédents de fonctionnement et de financer en partie sur fonds propres, nos investissements,

  • sans augmentation de la fiscalité locale, dont les taux sont inchangés depuis 13 ans
  • Sans, non plus, de « course à l’endettement » de notre ville,

Somme toute, nous sommes la démonstration d’une gestion qui s’interroge sur la pertinence de chaque dépense, qui s’impose une réflexion constante sur  la rationalisation des usages des équipements, qui met en œuvre toutes les mutualisations possibles et les réorganisations souhaitables, afin de  maîtriser la dépense… Certains pourraient sans doute s’en inspirer.. « en hauts lieux »…

J’ajoute que tous ces efforts que nous avons continués à faire, l’ont été  tout en maintenant la qualité des services rendus à la population et ce n’était pas chose facile. Je remercie à nouveau nos agents qui nous y ont aidé !

On le voit, notre feuille de route est bien remplie, signe évident d’«une Ville en Mouvement ».

Elle est dense et beaucoup de ces projets ont besoin du soutien fort de la Mel. Même sans la présence, toujours appréciée du Président Castelain, j’aurais redis sans avoir besoin, cette année, de citer des chiffres, combien nous avons, comme les 89 autres communes, besoin d’une Métropole forte à nos côtés avec, à sa tête un Président présent à plein temps, compétent et toujours au travail.

Mesdames et Messieurs, Mes chers concitoyens,

Voilà pour ce qui est d’un bilan 2018 et de nos perspectives 2019.

Croyez-moi, pour arriver à cette description d’un travail collectif immense, j’ai dû élaguer, résumer et m’imposer de ne pas citer tous nos dossiers et actions importantes.

Ce type d’exercice est nécessaire en Démocratie, mais il l’est aussi, dans tous les aspects de la vie publique :

C’est le cas pour l’Europe dont la construction, certes difficile, doit se poursuivre en étant plus citoyenne.

C’est le cas pour la France qui doit se sortir de sa crise actuelle en écoutant les citoyens, leurs désespoirs et leurs colères.

C’est le cas de Villeneuve d’Ascq que j’ai déjà contribué à développer durant plus de quatre décennies et qui ne sortira sans doute jamais ni de mon cœur ni de ma tête.

C’est le cas enfin de la CUDL, devenue MEL, avec ses générations d’élus, d’agents et ses 5 Président(e)s.

Voilà, Mesdames, Messieurs, mes chers amis, ce que je voulais vous dire en ce dimanche 13 janvier 2019.

Permettez-moi, maintenant, pour terminer, de vous adresser à toutes et à tous

– des vœux de santé conservée ou retrouvée,

– des vœux de sérénité avec un sens avéré des valeurs Républicaines,

– des vœux d’amitié et d’amour

– des vœux de petits plaisirs et de petits bonheurs qui, additionnés, font les vrais grands plaisirs et les vrais grands bonheurs.

Souhaitons-nous, malgré les crises que nous traversons, une foi solide, envers et contre tout, en un avenir meilleur grâce à notre travail et à notre engagement individuel et collectif dans le cadre de nos règles et de nos valeurs démocratiques et Républicaines, de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité et ce, dans un esprit de Rassemblement.

Ce sont ces vœux que je voulais vous adresser en ce 13 janvier 2019, ici, depuis l’Hôtel de Ville de Villeneuve d’Ascq.

C’est ce message d’espoir renouvelé, l’expression d’une détermination intacte au service de mes valeurs et de ma ville que je voulais formuler à votre intention ce matin, une fois encore …

Alors, Mesdames et Messieurs, et pour terminer mon traditionnel discours permettez moi de nous offrir, à nouveau,  ces mots de Marc Aurèle, grand empereur Romain du deuxième siècle de notre ère, des mots et des paroles qui concluaient déjà mon texte de 2018 que je n’avais pas eu alors le bonheur de prononcer devant vous, ce que je veux donc faire aujourd’hui.

« Que la force vous soit donné de supporter ce qui ne peut être changé,

le courage de changer ce qui peut l’être,

et surtout la sagesse de distinguer l’un de l’autre !»

 

Mesdames, Messieurs, Mes chers concitoyens

Chers amis,

Pour la 35 ème fois en ce jour de janvier 2019,

A toutes et à tous

Une bonne année 2019,… et surtout meilleure que l’année 2018 !

 

Gérard Caudron
13 Janvier 2019

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=6871