Nov 14 2017

Politique de la Ville selon E. Macron : « Faire du neuf avec du vieux » … ou comment donner davantage à certains sans augmenter l’enveloppe globale …

N’ayant été convié à aucune des étapes du périple nordiste du Président de la République… bien qu’étant Maire durant des décennies d’une ville qui, avec ses 45 % de logements sociaux, est pourtant un modèle de réussites (des réussites qui lui ont toujours  valu des interventions a minima de l’Etat en matière de « politiques de la Ville ») c’est donc devant ma télévision que j’ai suivi avec attention l’intégralité du discours présidentiel en matière de Politique de la Ville.

Au niveau de la forme, dans ce domaine comme dans la plupart des autres, je salue le talent du Président Macron.

Rien à redire… tout est là, tout est fait et tout est dit pour convaincre l’auditeur peu ou mal informé

Le « bon sens » est présent dans chaque phrase du discours présidentiel et le vocabulaire utilisé très simple à entendre…

Au niveau du fond malheureusement, il n’y a rien de bien nouveau et surtout rien qui puisse rassurer les élus de la grande majorité des communes françaises.

Comme il faut continuer à réduire les déficits de l’Etat tout en faisant des cadeaux aux très riches (+ de 4 milliards d’euros),

la technique n’est pas nouvelle : l’Etat va concentrer ses aides sur les communes et les publics les plus pauvres en prélevant les crédits budgétaires nécessaires sur les communes et les publics les moins pauvres (et non pas, bien sûr, sur les communes et les publics les plus riches)

Les crédits globaux sont, nous dit-il, sanctuarisés.

 « Fort bien !» mais cela signifie que si on donne davantage à certains bénéficiaires, il faut les enlever à d’autres… CQFD (ce qu’il fallait démontrer).

Je n’en dirai pas davantage à ce stade mais le Maire d’une ville qui a su toujours éviter « le naufrage », ne peut que s’inquiéter de ces glissades budgétaires annoncées…

Nous avons là, en matière de solidarité une illustration récurrente des politiques de droite pour qui la solidarité ne consiste pas à faire payer cette solidarité par les plus riches mais à la faire payer par les moins pauvres.

C’est une philosophie qui dans le budget 2018 se traduit par la suppression de l’ISF des très riches, par une augmentation de la CSG, par celle de diverses taxes et par le gel des salaires des fonctionnaires.

 

G Caudron

 

Villeneuve d’Ascq,

Le mardi 14 novembre 2017 – 17h

Lien Permanent pour cet article : http://www.gcaudron.com/?p=5966